PARTAGER

Des jeunes Socialistes de la commune de Sangalkam ne peuvent plus supporter ce qui se fait dans leur parti. «Ce qui se passe dans cette salle, c’est de la mascarade (…). Aujourd’hui, on a un camarade de parti, secrétaire politique au niveau national, qui est en prison alors qu’on ne peut même pas, au cours d’une réunion du parti, lui manifester un soutien. On ne peut pas l’accepter», a déploré Assane Ndao, secrétaire général des jeunes de la section communale de San­galkam. Privés de parole lors de la rencontre, ces militants du Parti socialiste qui se disent proches de Khalifa Sall ont tenu à exprimer leur colère au sortir de la salle de conférence du Cnfa où se tenait la rencontre. «On a, à dessein, privé Sangalkam de parole parce que nous ne sommes pas partisans de ce qu’ils font. Ils savent qui nous sommes, raison pour laquelle ils font tout pour nous barrer le chemin et nous n’allons pas nous laisser faire», a regretté le jeune responsable entouré d’une vingtaine de ses camarades. A l’en croire, leur choix est tout fait. «Nous défendons Khalifa Sall à l’intérieur et dans les instances du parti. Nous voulons qu’il soit notre candidat pour 2019», a-t-il exprimé avec assurance.
Dans ce combat, la jeunesse socialiste de Sangalkam a déjà pris les devants. «Nous ne vo­yons pas la nécessité de continuer notre compagnonnage avec Benno bokk yaakaar, il faut que ça s’arrête. En tout cas, au niveau de Sangalkam, Bam­by­lor et environs, nous avons arrêté toute collaboration avec Bby», a avisé M. Ndao, estimant aussi que Gorgui Ciss, le maire de Yenne, doit prendre ses res­ponsabilités. «Aujour­d’hui, on a tendance à marginaliser Gorgui Ciss dans les instances du parti au profit de Mar Diouf et Ma­khou­dia Ndour, des gens qui n’ont absolument rien fait pour le département (…). Il n’y a que Gorgui Ciss qui gagne ici. Et chaque fois qu’il est question de sa promotion, ce sont ces gens-là qui font obstacle à cela. Nous allons porter ce combat aus­si», a-t-il assuré. «On ne peut pas, pendant 40 ans, être dirigé par les mêmes personnes», a conclu M. Ndao.
Lors de cette rencontre présidée par Mar Diouf et qui a vu la présence de Serigne Mbaye Thiam, la résolution de l’Union départementale lue en public «demande aux responsables de la base du parti, aux militants et aux sympathisants de respecter scrupuleusement les orientations et la ligne d’action du par­ti, telle qu’exprimée par ses instances régulières». Une re­quê­te sans effet dans l’oreille sourde de la jeunesse de San­galkam.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE