PARTAGER

A quelques mois des Législatives, l’Apr lance une opération de charme envers les femmes par des financements du ministre des Fi­nances. Les services de Amadou Bâ se sont déployés à Saint-Louis à la demande de Mansour Faye.

Pour aider son camp à remporter les prochaines Législatives, le ministre de l’Economie et des finances va développer un nouveau mode de financement pour les femmes sur la demande du maire de la ville Mansour Faye. Amadou Ba qui arme ainsi les femmes apéristes de Saint-Louis a partagé le projet avec elles par le biais de sa conseillère chargée des affaires économiques au cours d’une rencontre organisée mercredi à l’Espace jeune. Selon Fatou Diané Guèye conseillère technique audit ministère, ce projet n’est pas venu à Saint-Louis pour concurrencer quoi que ce soit ni pour remettre en cause les modes de fonctionnement déjà existants car le gouvernement dispose de plusieurs dispositifs d’accompagnement des femmes. «L’Etat fait en effet beaucoup d’efforts, mais la demande demeure forte et les femmes expriment régulièrement un besoin de financement. C’est dans ces conditions que le ministre Amadou Ba, par ailleurs acteur politique, parce que engagé aux Parcelles assainies, a développé un système de financement pour les femmes de sa localité. Ce système a été testé depuis quatre mois pour voir s’il peut avoir un impact», explique-t-elle.
Selon Fatou Diané, Amadou Ba a trouvé de «nouvelles méthodes qui ont apporté des résultats satisfaisants dans des localités comme les Parcelles assainies de Dakar qu’il veut répliquer dans l’intérieur du pays notamment à Saint-Louis». Les femmes pourront donc désormais bénéficier directement de financements par le biais de fonds qui seront logés dans une institution de micro-finance sans passer par les groupements féminins qui, en général, peuvent, dans leur mode de fonctionnement, laisser en rade beaucoup de demandeurs. «Il s’agit de la gratuité des frais d’ouverture de compte et de garantie et des frais de dossiers et de caution, mais également de l’assurance et la garantie avec un taux d’intérêt maximum de 4% pour des prêts dont le minimum sera fixé à 200 mille francs par bénéficiaire», a déclaré Mme Guèye.
Le député apériste Aminata Guèye qui coordonnait la rencontre sous l’égide de Mansour Faye a salué l’introduction de ce nouveau mode de financement qui permettra aux femmes non seulement de se prendre en charge mais aussi de développer des activités génératrices de revenus. «Une initiative qui participe, selon elle, à la préparation des élections législatives dans le but de donner au Président Macky Sall une majorité confortable à l’Assemblée nationale lui permettant de gouverner correctement».
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE