PARTAGER

Le Cadre des religieux pour la santé et le développement (Crsd) a présenté à la presse une vidéo de 16 minutes sur le bien-fondé de la planification familiale. Cet outil de communication va servir de stratégie de communication pour faire comprendre aux communautés que l’Islam et le christianisme ne sont pas contre l’espacement des naissances au contraire, ces deux religions recommandent aux fidèles de protéger leurs enfants et de leurs assurer un bien-être tout le long de la vie.

Une vidéo d’à peu près 16 minutes pour convaincre les plus sceptiques de la nécessité d’espacer les naissances dans les familles au Sénégal. Le procédé n’est pas nouveau mais la démarche est assez originale, en ce sens que le plaidoyer est porté par des religieux. Le cadre des religieux pour la santé et le développement (Crsd) est une organisation, qui regroupe des imams et des religieux catholiques, engagés pour la planification familiale. Dans son message, le Crsd utilise l’argumentaire religieux sur l’espacement des naissances et les données scientifiques pour mieux expliquer l’importance de la planification familiale dans les communautés.
Conscients du fait que les propos des religieux peuvent influer positivement ou négativement les choix des populations notamment dans les questions de bien-être familial ou de santé, les religieux membres du Crsd n’ont pas hésité à invoquer des sourates du Coran et des passages de la Bible pour bâtir un argumentaire «solide» et montrer au grand public le bien-fondé de l’espacement des naissances. «Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. Nous vous nourrissons tout comme eux», cite imam Cheikh Saliou Mbacké, président du Cadre des religieux pour la santé et le développement. Le Pasteur Pierre Adama Faye, représentant l’Eglise luthérienne, de renchérir. «Il n’est pas nécessaire de créer une situation difficile où vous ne pouvez pas nourrir vos enfants. Votre devoir est de protéger vos enfants», relève-t-il. Des références coraniques et bibliques pour montrer que ces deux religions (l’islam et le christianisme) ne sont pas contre l’espacement des naissances si le but est de permettre à la femme et à son enfant d’avoir une bonne santé.
Les religieux ont également souligné qu’ils ne peuvent pas rester insensibles aux nombreuses pertes en vie humaine constatées chez les femmes et les enfants. Des études ont révélé qu’au Sénégal chaque année, 2 000 femmes meurent des suites des complications de la grossesse. A ce décompte macabre, il faut y ajouter 27 mille enfants qui meurent avant 5 ans. Et il «existe des liens entre la planification familiale et l’espacement des naissances et une meilleure santé des mères et des enfants et aussi le bien-être des familles», selon le message véhiculé par le Crsd. D’ailleurs, des recherches ont montré que lorsque «les familles ont des grossesses rapprochées, les unes après les autres, les enfants ont un risque accru de maladie et de décès», rappelle le Crds. Ce qui veut dire, relève imam Mbacké, que «ces pertes en vie humaine sont évitables si on permet à la femme de planifier la naissance de ses enfants en adoptant une méthode contraceptive moderne».
C’est donc un outil de communication très «utile» pour le plaidoyer, dira le président du Crsd. Une douzaine de copies seront livrées aux religieux dans différentes localités. Ces derniers vont disséminer le message dans leurs communautés pour «prêcher la bonne parole et apporter des réponses solides à ceux qui soutiennent que la contraception nous est imposée par l’Oc­cident», soutient Cheikh Mba­cké, président Crsd.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here