PARTAGER

Timbuktu institute, Africa center for peace studies (Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique) et l’Association Entente féminine pour le développement du Sénégal ont organisé une conférence de sensibilisation autour du thème «Contre l’extrémisme violent et pour la paix : Quels rôles pour les femmes leaders du Sénégal ?»

C’est un appel : Impliquer les femmes leaders dans la lutte contre l’extrémisme violent et le radicalisme. C’est aussi l’objectif que s’est fixé l’institut Timbuktu. C’est d’ailleurs tout le sens de la conférence de sensibilisation tenue mercredi dernier au terminus liberté 5. Placée sous le thème «Contre l’extrémisme violent et pour la paix : Quels rôles pour les femmes leaders du Sénégal ?», cette rencontre avait pour but de promouvoir la paix et le respect des différences. Et aussi d’éduquer au dialogue par le savoir et la culture. Selon les organisateurs, l’idée est d’agir aujourd’hui pour une paix durable au Sénégal, en combattant l’intolérance pour mieux vivre ensemble et enfin encourager les synergies pour bâtir la paix. Expliquant l’importance de cette conférence, Yague S. Hanne, en charge du Pôle dialogue politique et résolution des conflits à Timbuktu institute, souligne que leur structure a «pour ambition d’être le précurseur d’un conseil critique africaine valorisant les spécificités culturelles de solution endogène du continent». S’agissant du choix porté sur les femmes leaders engagées, elle soutient qu’elles sont «les protectrices de la paix». Parlant des activités de l’institut Timbuktu, elle fait savoir que celui-ci va initier des actions pour l’éducation à la paix contre l’extrémisme violant sous toutes ses formes et de toutes origines. Lors de cette rencontre, la chargée du Pôle dialogue politique et résolution des conflits à Timbuktu institute a rappelé que leur structure «est un centre de recherche prospective et d’expertise opérationnelle d’élaboration des recommandations en direction des décideurs».

Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE