PARTAGER

Après le dépôt de la caution, les amis et sympathisants de Khalifa Sall espèrent le voir recouvrer la liberté. Face à la presse hier, ils ont fait savoir qu’ils ont réussi à réunir cette somme avec l’aide de beaucoup de bonnes volontés. Répondant aux avocats de l’Etat qui soutiennent qu’une caution c’est de la liquidité, la première adjointe au maire de Dakar, Mme Soham Wardini, soutient qu’une caution «c’est une caution, c’est de l’argent».

Les amis, parents et sympathisants du maire de Dakar nourrissent l’espoir de le voir bénéficier enfin d’une liberté provisoire après le dépôt de la caution. Face à la presse hier, ces derniers et les membres du collectif pour la mobilisation de cette caution ont fait savoir que de l’argent et des biens immobiliers ont été réunis et donnés aux avocats de Khalifa Ababacar Sall pour que ce dernier puisse recouvrer la liberté après toutes les tentatives légales qui ont été menées par ses conseils. Réagissant à la sortie des avocats de l’Etat, qui ont estimé que la caution doit être du liquide, la première adjointe au maire de Dakar, Mme Soham Wardini, soutient qu’une «caution, c’est une caution et c’est de l’argent». Elle a par la même occasion, appelé tout le monde à poursuivre le combat.
Selon Mme Wardini, il ne faut pas baisser les bras tant que Khalifa Sall ne sera pas libre. Convaincu de l’innocence de l’édile de la ville de Dakar dans cette affaire, Mamadou Mignane Diouf, un des membres du collectif pour la mobilisation de la caution, a rappelé lors de cette rencontre que «depuis bientôt neuf mois, le député maire Khalifa Sall est dans les liens de la détention dans des conditions politico-judiciaires d’un complot politique». C’est d’ailleurs, souligne-t-il, cette «injustice et iniquité dans le traitement du dossier» qui ont poussé des citoyens à s’organiser pour voir «qu’est-ce qui peut être fait pour trouver des solutions selon les règlements de la loi». C’est ainsi, d’après lui, qu’il a été retenu l’idée de la caution. «Aujourd’hui ce collectif, la famille de Khalifa Sall, ses amis à travers l’Afrique et le monde se sont mobilisés et c’est grâce à une telle jonction qu’une caution a été remise entre les mains de la justice sénégalaise par le biais des avocats pour qu’encore une fois, il soit possible de libérer le député-maire Khalifa Sall. Vous avez suivi toutes les péripéties, toutes les tentatives que les avocats, selon la loi, ont tentées. Face à tout cela, tous nous avons observé une obstination globale au haut niveau pour garder Khalifa Sall dans une prison», a-t-il déploré. Pour M. Diouf, maintenant il faut juste souhaiter «que ce dossier voit son épilogue et que Khalifa Ababacar Sall recouvre sa liberté et s’occupe des Dakarois, des Sénégalais et de sa famille».
Présent à cette conférence de presse, l’ancien ministre de la Culture, Abdoulaye Elimane Kane, a témoigné son adhésion à cette initiative. Apportant son soutien au maire de Dakar dont il est le conseiller culturel, Pr Kane souligne qu’il fait partie de ceux «qui peuvent témoigner de l’importance que cet homme accorde aux valeurs de partage, d’abnégation et de solidarité pour l’avènement d’une société meilleure». Il a ajouté : «J’ai tenu à prendre la parole pour saluer l’action et magnifier l’initiative d’une grande portée humaine, sociale et politique que des hommes et des femmes ont lancée. Cette campagne de collecte de moyens en vue de constituer une caution est l’œuvre de citoyens dont beaucoup con­nais­sent et apprécient les qualités intellectuelles et morales de celui qui est en ce moment dans les liens de la prévention.» Pour­suivant ses propos, M. Kane voit en Khalifa Sall, un «homme qui jouit de la présomption d’innocence, dont le parcours personnel et les états de service constituent une caution de responsabilité et de respectabilité».

Invités à une conférence de presse des avocats de Khalifa Sall : Les journalistes se retrouvent face aux amis et sympathisants du maire

Conviés à une rencontre avec les avocats de Khalifa Ababacar Sall suite au dépôt de la caution pour obtenir une liberté provisoire pour le maire de Dakar, les journalistes se sont retrouvés hier face aux amis, parents et sympathisants de l’édile de la ville. Ces derniers, avec les membres du collectif pour la mobilisation de la caution, sont venus pour réitérer leur soutien à leur maire et pour informer qu’ils ont réussi à réunir des biens pour déposer ladite caution. Ceci, sans entrer dans les détails de la nature et de la valeur des biens. Le maire de Dieupeul, Cheikh Guèye, Mignane Diouf et Soham Wardini se sont limités dans leurs déclarations à remercier ceux qui ont participé à cette initiative et à dénoncer «l’injustice» que subie M. Khalifa Ababacar Sall. Ils n’ont même pas donné aux journalistes la possibilité de poser des questions sur la caution.

dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE