PARTAGER

La population de Guédiawaye et certains ténors du rap sénégalais ont demandé hier la clémence du président de la République et celle de la justice pour accélérer le jugement du rappeur Ngaka Blindé et son codétenu. Afin qu’ils puissent être libérés avant le Ramadan.

Le rappeur Ngaka Blindé et son manager Khadim Thiam ont été placés sous mandat de dépôt depuis plus de 3 mois pour «détention de faux billets». Et depuis lors, ils n’ont pas été jugés. Une situation qui a poussé à bout la population de Guédiawaye et certains ténors du mouvement hip-hop. Hier au cours d’une conférence de presse, ils ont demandé la clémence du président de la République Macky Sall et celle des juges, afin que soit accéléré le dossier d’accusation pour que les détenus puissent être libérés avant le ramadan ; d’où l’intérêt de leur appel de «Niane ndiek» ou implorer le pardon.
Toutefois, ils ont tous reconnu que Ngaka a commis une erreur en photocopiant des billets de banque. «Reconnaître une erreur est une marque de grandeur. Il ne savait pas qu’il n’avait pas le droit de photocopier des billets de banque. Il y a assez de vidéos qui montrent qu’il y a le tournage d’une vidéo du nouveau clip qu’il projetait de sortir», a indiqué Fou Malade. Mais, ajoutera le rappeur, «il ne les a pas photocopiés pour les faire circuler. Maintenant, au-delà de cette situation, forts de cette reconnaissance de son erreur, nous demandons la clémence du ministère de la Justice, des magistrats et du Président Macky Sall». Cela, parce que, juge-t-il, «c’est un jeune qui n’a pas d’antécédents avec la justice. C’est un jeune entrepreneur qui a créé de l’emploi autour de lui. Et qui prend en charge sa famille. Et nous pensons comme tout Sénégalais que nous avons le droit de faire une médiation à l’endroit des autorités».
Mamadou Thiam, conseiller communal de la jeunesse de Sahm notaire, a essayé de blanchir Ngaka et son compagnon d’infortune. «Ils n’ont jamais pensé à fabriquer des faux billets. Je dis au procureur que les propos de ces jeunes sont très sincères. Ni Khadim Thiam ni Ngaka Blindé ne sont des menteurs, mais des jeunes engagés», assure-t-il. Avant d’ajouter que la personne de Ngaka Blindé est demandée par la jeunesse de Guédiawaye. «Nous demandons directement au président de la République, comme il a déclaré cette année, une année sociale, et celle de la jeunesse, de libérer ces jeunes. Ngaka est l’avenir de la banlieue dans la musique urbaine», dira-t-il. Appelant le maire de Guédiawaye Aliou Sall à réagir sur ce dossier.
La star du hip-hop, Simon, Pape Sidy Fall, animateur à la 2stv, Idrissa Sèye, entre autres personnes venues soutenir leurs camarades, se sont tous exprimés dans le même sens. Quant à la maman du rappeur, invitée par des journalistes à se prononcer, elle n’a pu dire un mot, étreinte qu’elle était par l’émotion, et s’est retirée doucement, les yeux remplis de larmes. Il faut souligner par ailleurs que les souteneurs de Blindé ne comptent pas se limiter à cette conférence de presse. Ils promettent d’organiser des marches pacifiques pour se faire entendre. Et appellent tous les Sénégalais à les rejoindre dans cette revendication.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here