PARTAGER

L’Open international de Dakar de Taekwondo, dont le parrain est le président Macky Sall, a vécu samedi nuit au staduim Marius Ndiaye. Avec la présence de combattants en provenance de pays d’Afrique et d’Europe, la compétition a débouché sur un premier titre international remporté par un Sénégalais.
N’ayant pas eu l’occasion de rem­porter une médaille ni en championnat d’Afrique encore moins aux Jeux Africains, Diao Mouhamed Al Mactar s’est paré cette fois de l’or lors de la finale remportée dans la catégorie des moins de 68 kilos. Se retrouvant sur la plus haute marche du po­dium, l’international sénégalais s’est défait en finale de l’un de ses compatriotes, Ndour Mamadou Guèye.
Malgré cette consécration sur le plan international, Balla Dièye, initiateur de l’Open de Dakar, reconnait «qu’il reste encore du travail» pour Diao Mouhamed Al Mactar s’il veut confirmer son renouveau sur le plan international où il éprouvait des difficultés pour accrocher une médaille.
Foulant pour la première fois le continent en venant au Sénégal suivre l’Open international en tant que représentant de la Fédération française de Taekwondo, l’ancien Taekwon­doïste, Pascal Gentil, partage l’avis de Balla Dièye en reconnaissant que le tireur sénégalais «dispose d’une grosse marge de manœuvre».
Jugeant le niveau de la compétition «très élevé», le double champion du monde français dit avoir été «impressionné par l’engouement des Sénégalais pour le Taekwondo».
Revenant sur l’organisation de ce tournoi, Balla Dièye dit «qu’une organisation n’a jamais été parfaite que celle connue par l’Open international de Dakar. Et on était dans le timing», s’est-il félicité.
Chez les moins 57 kilos, le Malien, Doumbia Nana, a survolé la compétition. Chez les moins 73 kilos, le dernier mot est revenu à au Nigérien, Idrissa Chamssou. Au niveau des moins 80 kilos, un autre Sénégalais, Ndiaye Bara, s’est distingué en se parant de la médaille d’Or.
A noter qu’il y avait eu du beau monde à Marius Ndiaye avec surtout l’ancien international de football, Salif Diao, avec quatre cents jeunes à ses côtés. Le meilleur combattant est revenu à un Nigérian alors que le trophée du fair-play a est allé aux combattants de la Gambie pour leur première sortie sur le plan international sous l’ère du nouveau Président Adama Barrow.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE