PARTAGER

«Au Sénégal, si nous n’y prenons garde il y aura une guerre civile»

Serigne Abdou Aziz Sy «Al Amine» a délivré, ce samedi, le dernier message du défunt Khalife général des Tidianes, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy «Al Makh­toum». Un message de dialogue et de cohésion nationale pour éviter que le pays ne sombre dans le chaos.

­Recevant une délégation du Roi du Maroc, aussi des dignitaires religieux et coutumiers, des hommes politiques du pouvoir comme de l’opposition, le tout nouveau Khalife général des Tidiane Serigne Abdou Aziz Sy «Al Amine», a délivré le dernier message du défunt Khalife «Al Makhtoum». Lequel a été catégorique. «Ce que je vois venir, si on ne l’arrête pas, le Sénégal sera en guerre civile», révèle le marabout. S’adressant aux hommes politiques qui, s’offusque-t-il, «s’alimentent de querelles et d’invectives».
Le guide religieux fera savoir, «si ce fait que nous redoutons tant survient, le pays sera sens dessus-dessous. Il n’y aura plus de pouvoir encore moins de partis politiques. Les gens s’entretueront». Ainsi et de prévenir «Al Amine» : «Nous allons droit vers cette situation, et il est de notre devoir de prévenir avant que l’irréparable ne se produise. Parce que c’est ce qui est arrivé aux Arabes, a touché actuellement les Européens malgré leurs civilisations, leurs con­naissances et leurs cultures. Aujourd’hui ils adoptent un comportement digne des animaux, ils s’entretuent et n’épargnent personne, même les enfants sont concernés».

«Mettre fin aux querelles et invectives»
Toutefois, le Khalife général des Tidianes reste convaincu de la «possibilité d’éviter un tel désastre au Sénégal à condition que tout le monde soit uni». «Si cela est fait ce sera une victoire pour tout le Peuple sénégalais», estime «Al Amine» qui dit savoir «qu’il y aura toujours des divergences d’opinion» mais pense que «cette question doit être résolue dans les règles de l’art». Et d’inviter les intéressés à «s’inspirer du noble héritage légué par les anciens hommes politiques de la trempe de Blaise Diagne, Galandou Diouf, Lamine Guéye…, des modèles qui ont toujours privilégié le dialogue sur tout autre acte. De grâce ressourcez-vous de leur exemple. Vous êtes tous des Sénégalais. Il faut mettre fin aux querelles et invectives».
Au chef de l’Etat, il demande d’être le plus tolérant possible, de prêter l’oreille à tout le monde, y compris les partis dans l’opposition. «Il faut qu’il sache qu’il est le président de la Répu­blique de tous les Sénégalais. Qu’il travaille davantage dans ce sens. Nous également, en ce qui nous concerne, nous acceptons le choix de Dieu à travers sa personne. Nous nous devons de le conseiller à chaque fois que de besoin. Si tout le monde travaille dans ce sens, tout sera facile à gérer». Il poursuit pour étayer ses propos : «Serigne Mansour Sy Djamil ici présent est dans la coalition Bby, il y a d’autres groupes de partis. Nous pensons donc à la nécessité d’un dialogue débouchant sur un terrain d’entente qui permet au Sénégal d’avancer dans la paix et la cohésion nationale». Il conclut pour dire que «le Sénégal a déjà un atout avec ses guides religieux qu’aucun autre pays n’a la chance d’avoir. Et ils ont prié ici. Nous devons donc y mettre du sien, mais si tout le monde parle de la situation du pays, cela ne nous mène à rien. Il faut arrêter le bavardage, surtout du côté de ceux-là qui, sans aucune responsabilité, ne font que râler». Le marabout recommande ainsi «l’abondance dans les prières». Al Amine trouve que «c’est là, l’unique voie de salut».
Dans son message, le religieux ne cessera jamais d’inviter à un «retour aux recommandations divines. Il faut prier mais également beaucoup apprendre le Saint Coran. Il faut faire des zikrs, arrêter le bavardage et travailler ensemble. Si nous nous y mettons, le bon Dieu aidera le Sénégal et même l’Afrique. Il n’y aura plus de sécheresse encore moins d’autres quelconques malédictions qui s’abattent à présent sur une bonne partie de la planète». Pour relever un tel défi, il s’engage à prendre son bâton de pèlerin pour aller à la rencontre de tout le monde afin que la paix règne au Sénégal.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE