PARTAGER

A Yoff où il est mort à 84 ans en 2007, pas un indice dans la rue pour indiquer la demeure où a vécu le plus grand cinéaste africain Ousmane Sembène. Sa villa baptisée Galle Ceddo (Ndlr, la maison du rebelle) sombre impuissamment dans l’usure. Mal entretenu, sans conservateur ni gardien, laissé à la solde de la nature, le site est dans un état de ruine extrême. 10 ans après sa mort, cette villa tant chérie de son vivant par l’écrivain, réalisateur, acteur et scénariste, ce monstre sacré du 7ème art, s’est totalement dégradée. La preuve même que l’œuvre de Sembène Ousmane tombe dans l’oubli. Et pourtant…

Au Sénégal, où se trouve la demeure du défunt cinéaste Ousmane Sembène ? A quelques encablures de l’hôtel Océan, dans un quartier huppé de Yoff. Ici, nombreux sont pourtant ceux qui ignorent que ce «grand monsieur» a vécu là, à leurs côtés. Lorsqu’on l’interpelle pour obtenir une meilleure explication sur la situation du logement, la réponse d’un riverain rencontré au hasard donne déjà une idée du sort réservé à la demeure du regretté cinéaste. «Si tu dépasses l’hôtel Océan, à ta droite tu verras une maison avec dans la cours une voiture en ruine. C’est là-bas», dit-il. De loin, l’on reconnaît très vite Gallé Ceddo, tel que présenté dans le dernier film du Pr Samba Gadjigo. Le bruit des vagues marines n’adoucit pas la teneur de la chaleur qui dicte sa loi dans cette ancienne villa du réalisateur de Borom sarret (1963). L’ancien cinéaste vivait ici dans la tranquillité qu’offre dame nature. L’endroit autrefois était plein de vie. Et ceux qui l’ont côtoyé renseignent que «beaucoup de grandes personnalités du monde venaient là voir Sembène». Quelques images d’époque, accrochées aux murs intérieurs, livrent d’ailleurs dans le film Sembène ! tout un pan d’histoire.
Sembène, se souvient-on, ne travaillait que dans son atelier et sortait rarement au grand jour. Dans le secret de sa villa, il concevait et réalisait son art. Un art qui l’a conduit au panthéon du 7ème art sénégalais, voire continental. Mais ça c’était avant. Aujourd’hui, 10 ans après sa mort, la mémoire du plus grand des cinéastes sénégalais est piétinée. Son legs niché dans cette villa est en souffrance et voué à l’oubli. Samba Gadjigo, dont le film Sembène ! sera montré cet après-midi à Thiès, n’a pas manqué d’attirer l’attention du monde sur cette situation. Certaines images fortes de son  film interpellent, en effet, les consciences sur l’état de délabrement des archives de Sembène, abandonnées aux ravages du temps pendant des années dans cette villa qui fait face à la mer. Lorsqu’on découvre, après avoir vu ces images, la réalité des choses, on est pris de frisson et l’on mesure l’importance de son cri de détresse. Mieux, cet ami et ancien manager de «l’aîné des anciens» n’a de cesse de décrire sans langue de bois la situation et invite à faire quelque chose. «L’héritage de Ousmane Sem­bène est en train de pourrir. Pis, si rien n’est fait aujourd’hui au Sénégal pour réhabiliter l’œuvre de Sembène, elle va disparaître. Et c’est comme si elle avait pourri réellement…», nous confiait-il. Rencontrez au dernier Fespaco à Ouagadougou, il n’a pas mâché ses mots. «L’héritage de Ousmane Sem­bène est en train de pourrir. Il est en train de pourrir», insistait-il, invitant à «allez devant sa maison, à Gallé Ceddo, visitez. Vous verrez qu’il y a des bobines de film qui sont complètement rouillées».

Pas de gardien
ousman-sembene6C’est effectivement ce que l’on constate une fois sur place. L’ancienne maison du réalisateur de Ceddo sombre dans l’usure. Dans l’indifférence totale des habitants du quartier, mais surtout de la famille et de l’Etat, le site est en décrépitude. D’abord, l’absence de conservateur ou d’un gardien des lieux témoigne de l’état d’abandon. Seul le bruit des vagues perturbe la tranquillité de l’endroit. Voir même une personne se promener à côté du logement est quasiment impossible. Face à un vestibule en lambeaux, le regard inlassablement tombe sur la façade de la maison où il est inscrit : «Gallé Ceddo». Le site, voué à devenir un musée, selon le vœu de l’ancien Président Me Abdoulaye Wade, est ainsi en ruine sous l’effet dévastateur du temps. Sur la cours, un véhicule rongé par la brise marine trône comme une relique de guerre abandonnée à côté de plantes sauvages, débris de gravats, statuts artistiques… Ce Lander Cruiser de marque Toyota, immatriculé Dk-3201-Ac, et de couleur bleue était un bien de Sembène. Aujourd’hui, elle sert de lieu d’habitation aux rats, chiens, chats et fourmis.

Lieu touristique non valorisé  
De l’autre côté de la villa, l’océan intensifie ses rafales de vagues à tel point qu’un pan de mur de la maison s’est affaissé. Quid de la couleur des portes de la concession ? Petit à petit, elles perdent leur teinte rouge bordeaux. A l’intérieur de la villa, les portes sont fermées à clef. Et une vue de l’extérieur ne permet pas de percer l’état intérieur des chambres. Mais sur un côté de la villa, moto abandonnée, objets d’art et modestes outils de salon décorent une salle poussiéreuse. Tout cela est révélateur de la personnalité de ce cinéaste qui menait une vie de sobriété. Il y a également l’ancien garage de la maison qui est transformé en dépotoir d’ordures… Et comme l’assure le Pr Samba Gadjigo, auteur du livre Ousmane Sembène, une conscience africaine : «Si rien n’est fait, si la plante n’est pas arrosée, qu’est-ce qui se passe ? Elle s’étiole. Si rien n’est fait aujourd’hui au Sénégal pour réhabiliter l’œuvre de Sembène, eh bien cette œuvre-là va disparaître…»
Ecrivain, réalisateur, acteur et scénariste, Ousmane Sembène a fait les beaux jours du cinéma sénégalais. Il est sans doute l’un des plus doués de sa génération. Sa maison Gallé Ceddo, aujourd’hui à l’abandon, peut beaucoup apporter au Sénégal sur le plan touristique, et donc économique. De plus, l’implantation d’un hôtel à côté du site devrait inciter l’Etat à le valoriser.  Voir Gallé Ceddo, ce patrimoine national, sombrer de la sorte repose également la question du sort réservé aux héros du Sénégal et à leur legs. Pour l’instant, c’est un film peu honorable sur l’histoire de l’après-Sembène que projette le Sénégal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here