PARTAGER

Le Président Kim Il Sung est vénéré comme le soleil éternel par le peuple coréen.
Il est né le 15 avril 1912 dans la chaumière d’une famille paysanne pauvre de Mangyongdae, village rural à Pyongyang de la Corée, qui était alors colonisée par l’impérialisme japonais. Son père lui a donné le nom de Song Ju dans son désir de le voir grandir en pilier du pays. En 1926, à 14 ans, il a fondé l’Union pour abattre l’Impérialisme visant à réaliser la libération de la Corée et exterminer l’impérialisme dans le monde entier. En 1930, ses camarades lui ont donné le nom de Il Sung (devenir le Soleil) dans leur espoir qu’il devienne le Soleil de la Corée. Dans la lutte sanglante de 20 ans pour l’indépendance du pays contre l’impérialisme japonais armé jusqu’aux dents, il a perdu son père, sa mère, son oncle, son frère cadet et de nombreux camarades, mais il a réussi enfin la libération de sa patrie et tout le peuple coréen l’a salué comme le grand Soleil de la nation.
Il a fondé le Parti du travail de Corée le 10 octobre 1945 et la force militaire régulière – l’Armée populaire de Corée le 8 février 1948. Il a fondé ensuite la République populaire démocratique de Corée le 9 septembre 1948 et dirigé vers la victoire la révolution démocratique anti-impérialiste et anti-féodale.
Pendant la guerre de 1950-1953, déclenchée par les agresseurs américains qui convoitaient la Corée tout entière, il a dirigé vers la victoire son peuple et son Armée en les encourageant par l’esprit indomptable créé sur les champs de bataille anti-japonaise et triomphant des ennemis par les tactiques de combat originales, conformes à la topographie coréenne riche en montagnes et rivières. L’armistice de Corée a marqué le début du déclin des Etats-Unis qui se vantaient de leurs triomphes successifs dans les guerres précédentes : le commandant en chef des troupes agressives, Mark W. Clark, a avoué qu’il était devenu le premier général américain déshonorable qui n’a pas pu gagner.
Le Président Kim Il Sung, ayant découvert la vérité que l’homme est le maître de son destin et qu’il possède la capacité de le forger, a créé les idées du Juche dans la période de ses premières activités révolutionnaires et a toujours demandé d’effectuer la révolution et l’édification sociale à partir des intérêts de son peuple, de façon indépendante et créative, conformément à la réalité de son pays.
Le 20 janvier 1952, en pleine guerre contre les agresseurs, il a donné les instructions de bien faire les préparatifs pour le système des soins médicaux gratuits, qui fut mis en vigueur le 1er janvier de l’année prochaine. Selon ses propositions, l’Assemblée populaire suprême de la Rpdc a proclamé en avril 1966 la loi sur l’abolition complète du système de l’impôt agricole en nature en faveur des paysans et, le 21 mars 1974, la loi sur l’abolition de tout système de l’impôt, ce qui fait que la Rpdc est devenue le premier pays sans impôt dans le monde. Le 9 avril 1973, l’Assemblée populaire suprême de la Rpdc a proclamé la loi sur la mise en vigueur du système d’enseignement obligatoire et gratuit de 11 ans pour tous. (Ce système n’a jamais été suspendu même dans les années de dures épreuves causées par les sanctions et le blocus économiques des impérialistes et, en septembre 2012, il est remplacé par le système d’enseignement obligatoire et gratuit de 12 ans pour tous.)
Le Président Kim Il Sung a prêté une grande attention à assurer l’indépendance économique du pays et il a avancé la ligne de développement de l’économie nationale autonome, bien solide face à toute atteinte économique extérieure. C’est l’économie qui s’appuie sur les ressources naturelles de son pays et la force de son peuple, économie multiforme et synthétique qui comprend tous les secteurs de l’industrie et de l’agriculture. Il a exalté surtout l’esprit de confiance en soi-même du peuple coréen qui est le maître du développement économique en sa faveur.
Il a toujours adhéré au principe de l’indépendance politique contre toutes tentatives de dominer les autres pays, sans parler de l’impérialisme et des arbitres des grandes puissances. Dans l’édification du socialisme, il n’a pas accepté les doctrines de l’Urss ou d’autres pays et a appliqué la manière coréenne, conformément aux exigences de son peuple, à la lumière des idées du Juche.
Le premier président de la République du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, qui visitait Pyongyang en mai 1974, a dit : «Il y a pas mal de gens qui parlent en ce moment du socialisme et de la révolution, mais tout cela n’est qu’une simple apparence. Par contre, en Corée, on peut constater que le socialisme et la révolution s’épanouissent vraiment parmi le bonheur du peuple.»
Au début des années 1990, malgré l’effondrement successif des pays socialistes, la Rpdc a sauvegardé le socialisme de son style ; en avril 1992, à l’occasion du 80e anniversaire de la naissance du Président Kim Il Sung, plus de 70 partis du monde adhérant au socialisme se sont réunis à Pyongyang et ont publié la résolution conjointe de défendre et promouvoir le socialisme. Les pays qui avaient accepté la ligne de spécialisation de l’économie nationale dans le cadre du Conseil d’assistance économique mutuelle (CEB créé par l’Urss) sont tous tombés dans la crise économique à la suite de l’effondrement de l’Urss, mais la Rpdc, qui a construit l’économie multiforme et synthétique suivant la ligne de l’économie nationale autonome, continue à assurer la vie stable à son peuple, malgré toutes difficultés imposées par les sanctions et le blocus économiques des forces extérieures.
Sa direction clairvoyante a créé de nombreux prodiges économiques, dont la construction du barrage Ecluse Maritime de l’ouest de la Rpdc, à l’inauguration de laquelle avait assisté le Président Abdou Diouf de la République du Sénégal. C’est la plus grande écluse maritime du monde dont la muraille de barrage qui entrave la marée de la mer sauvage arrive à 8 km. Le stade du 1er Mai de la Rpdc, inauguré en 1989, est actuellement le plus grand stade du monde dont la capacité arrive à 150 mille places.
La politique et l’économie indépendantes de la Rpdc sont garanties par sa capacité d’autodéfense nationale.
A la fin du 19e siècle, quand la force armée a été quasiment nulle en Corée, celle-ci a dû subir des martyres incroyables au point que les bandits japonais ont pénétré dans la chambre à coucher de la reine coréenne pour lui donner le coup de sabre avant de l’outrager et de la brûler et, à la suite, les Japonais ont fabriqué un document falsifié sur la colonisation de la Corée, en menaçant les ministres coréens avec leurs canons. Pour la libération de la patrie, les guérilleros coréens ont dû s’emparer des fusils de l’Armée japonaise en bravant la mort et, même à la guerre des années 1950, les soldats coréens combattaient avec les fusils contre la menace nucléaire des agresseurs américains. Mais après, la situation est radicalement changée.
Le Président Kim Il Sung a avancé la ligne de développement parallèle de l’économie et la défense et son successeur, le dirigeant Kim Jong Il, a adopté la politique de Song Un (qui donne la priorité aux affaires militaires), poursuivie aujourd’hui par le Président Kim Jong Un. La Rpdc est devenue une forte puissance militaire dotée des armes nucléaires et des fusées de pointe, nécessaires non seulement à la défense, mais aussi à l’attaque préventive contre les ennemis. Les Etats-Unis, qui n’hésitent pas à frapper les petits pays qui ne possèdent ni d’armes nucléaires ni de missiles de valeur, n’osent pas attaquer la Rpdc, plus de 60 ans après l’armistice, et ne l’oseront pas dans le futur.
Pour honorer les grands exploits du Président Kim Il Sung, le peuple coréen célèbre chaque année le Jour du Soleil, le 15 avril, comme la plus grande fête nationale et les comités de célébration de nombreux pays du monde organisent diverses cérémonies commémoratives en saluant ce jour.
Korean central
news agency Kcna

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here