PARTAGER

L’Afp fête ses 18 ans d’existence dans un contexte de malaise né des investitures de Benno bokk yaakaar. Mais le parti de Niasse vaut-il encore son poids de 2012 qui lui avait conféré le Perchoir et ses 12 députés ? Avec la crise au Parti socialiste et la non-candidature d’un Socialiste en 2019, le Ps de Tanor a mis la barre haut pour mériter le Hcct et ses 17 candidats de Bby aux Législatives prochaines.

16 juin 1999-16 juin 2017. L’Alliance des forces de progrès (Afp) souffle aujourd’hui ses 18 bougies dans un contexte de fortes contestations nées de la portion congrue (6 candidats) qui lui a été réservée dans les investitures de Benno bokk yaakaar pour les Législatives de juillet prochain. Mais les hommes de Moustapha Niasse ont-ils raison de broncher ? 5 ans de compagnonnage avec le Président Macky Sall, et l’espoir se rapproche du… désespoir. Après le départ de Malick Gakou, Mata Sy Diallo et autres, c’est une autre rébellion que Moustapha Niasse ne semble plus contrôler qui se manifeste. C’est que les choix dictés par son secrétaire général depuis 2012 laissent croire à une dissolution de fait du parti dans la coalition Benno bokk yaakaar. Et entre-temps, certains de ses alliés de Benno siggil senegaal ont soit gelé leurs activités ou tout simplement mis fin à leur compagnonnage. De sorte que le poids du parti de Niasse sur la balance Bby ne pourrait en aucun cas être si lourd pour mériter l’équivalent du quota du Ps de Ousmane Tanor Dieng (17 députables). Au nom de la majorité présidentielle, les Progressistes ont tu ou sont obligés de taire leurs ambitions.
Avec 1 ministre, 13 députés dont le perchoir de la Législature sortante, une poignée de directions nationales, l’Afp n’a-t-elle pas bradé son allégeance ? La décision de son Bureau politique du 10 mars 2014 de ne pas présenter un candidat en 2019 semble créditer cette thèse. Les investitures aux Législatives du 30 juillet ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de frustrations émises en sourdine depuis 3 ans. «Le Comité électoral national de l’Afp regrette avec la plus grande fermeté le procédé utilisé lors du dépôt des listes, avec une omerta organisée pour hypothéquer les intérêts d’un allié constant et crédible», ont dénoncé les Progres­sistes. C’est la première fois que le ton est si élevé et dépouillé de toute diplomatie.
Aux Locales de 2014, l’Apr a récupéré nombre de collectivités locales contrôlées par les Progressistes. Jusque dans le fief de Niasse, Nioro. Parfois, avec des trahisons de dernière minute, à la frontière de la forclusion. Ce fut le cas à Pikine où Pape Sagna Mbaye, maire sortant, avait été retiré au profit de l’oncle du Président Sall, Abdoulaye Timbo. Aujourd’hui, il est rétabli sur la Départementale de Pikine pour les Législatives de juillet. A Guédiawaye, Malick Gakou aussi était contraint de laisser le champ libre à l’actuel maire Aliou Sall. Ce fut le cas à Kaolack et dans d’autres localités du pays. Si Moustapha Niasse était derrière Macky Sall au 1er tour de la Présidentielle de 2012, la realpolitik a permis au successeur de Me Abdoulaye Wade de reconsidérer sa position vis-à-vis de ce parti. Tête de liste nationale au Législatives de 2012, l’enfant de Keur Madiabel ne dirige «que» la Départementale de Nioro de la liste Benno bokk yaakaar. A moins qu’il soit reconduit à la présidence de l’Assemblée nationale.

Tanor plus cher que Niasse
Aujourd’hui, Macky Sall est plus préoccupé par ce qui se passe au Parti socialiste qu’à l’Afp. Avec Khalifa Sall qui dirige la fronde contre Ousmane Tanor Dieng, favorable au maintien du parti dans la coalition, le Président Sall s’emploie à armer le secrétaire général du Ps. Au-delà des 2 ministres, le chef de l’Etat a nommé Tanor à la tête du Haut conseil des collectivités territorial (Hcct), la rançon de la division du Ps et de la non-candidature socialiste en 2019. Au même moment, Moustapha Niasse a fini par griller tous ses jokers. En excluant Malick Gakou et Cie, le leader de l’Afp a donné toutes les cartes au président de l’Apr. En plus, le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne pourrait, sait-on jamais, hériter du Perchoir. Encore que ses poulains comme Zator Mbaye (37ème), secrétaire général des jeunes de l’Afp, du fait de leur position sur la liste de (Bby) ne sont même pas sûrs d’être réélus. Alors que le leader des jeunes du Ps, Bounama Sall, siège à la 21ème place et la présidente des jeunesses féminines, Yéya Diallo, est à la 24ème place.
Il se dit que Niasse et Sall tentent d’arrondir les angles pour étouffer cette mauvaise surprise des Progressistes frustrés. Il faudra un autre Appel ce 16 juin pour garder l’espoir de retrouver ses «forces de progrès». Mais Niasse va-t-il parler dans ce contexte sensible ? Aucune manifestation d’envergure n’est pour l’heure envisagée pour célébrer cet anniversaire. A part une visite des femmes de l’Afp au centre Albert Royer de l’hôpital Fann.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here