PARTAGER

Le Grand prix africain Yasser Arafat pour la paix et la liberté a été décerné hier à l’écrivain égyptien Mouhamed Salmawy. Il a été choisi pour avoir consacré de nombreux écrits intéressants à la Palestine et au combat du Peuple palestinien. Le prix lui sera remis le 11 novembre prochain, jour de la commémoration du 13e anniversaire du décès de l’ex-Président de l’autorité palestinienne.

Mouhamed Salmawy : C’est le nom du lauréat du Grand prix africain Yasser Arafat pour la paix et la liberté, initié par l’Association des écrivains du Sénégal (Aes) il y a un an. Le prix lui sera remis le 11 novembre 2017, à l’occasion de la journée de commémoration du 13e anniversaire de la disparition du Pré­sident Yasser Arafat. La cérémonie coïncidera avec la 25e édition de la Journée internationale de l’écrivain africain. Ce prix a été attribué hier à cet écrivain, d’origine égyptienne, du fait qu’il s’est battu pour que l’Afrique blanche et l’Afrique noire se retrouvent. «La preuve, le président de cette union sacrée, c’est le Sénégalais Abdoulaye Fodé Ndione (Ndlr : Fodé Ndione a été élu président de l’Union des écrivains d’Afri­que et d’Asie au terme de la 7ème Conférence générale tenue à El Gouna, en Egypte)», a affirmé le président du jury, Dr Djibril Diallo Falémé, par ailleurs vice-président de l’Aes.
«… En retour, nous avons visité son œuvre et nous nous sommes rendu compte que non seulement il a écrit pour la paix et pour la liberté de l’homme, mais aussi et surtout il a réservé beaucoup de pages intéressantes à la Palestine et au combat du Peuple palestinien. C’est cette dernière raison qui a fondamentalement guidé notre choix», a notamment mentionné Djibril Diallo Falémé. Né au Caire en 1945, Mouhamed Salmawy est une figure de premier plan dans la scène culturelle arabe. Il est écrivain, journaliste et auteur d’une trentaine d’œuvres littéraires, dont une pièce de théâtre. M. Salmawy a écrit aussi 8 recueils de nouvelles et 2 romans. Ses œuvres sont traduites dans plusieurs langues, notamment en français, anglais et italien. Ancien secrétaire général de l’Union des écrivains arabes, il est également secrétaire exécutif de l’Union des écrivains d’Afri­que, d’Asie et d’Amérique Latine.

La voix diplomatique
L’ambassadeur de la Palestine au Sénégal, Safwat Ibraghith, a exprimé sa reconnaissance quant à cette idée qui est née il y a un an et qui aujourd’hui est en train de se concrétiser. Il est revenu sur les valeurs que défendait Yasser Arafat. «Lui et ses camarades ont mené un combat pendant 50 ans pour que la paix soit installée sur la terre de la Palestine, et pour que les Palestiniens retrouvent leur liberté», a rappelé, M. Ibraghith. Le président de l’Aes, Alioune Badara Bèye, est quant à lui revenu sur le concept du Grand prix africain Yasser Arafat pour la paix et la liberté. «Il y a de cela un an, au sortir de la rencontre de la 24e Journée de l’écrivain africain, on avait lancé ici l’idée de créer un prix africain Yasser Arafat pour la paix et la liberté pour plusieurs raisons», a-t-il dit avant de préciser : «Nous avons créé ce prix d’abord parce que tout le monde sait qu’il existe des relations séculaires assez profondes entre le Sénégal et la Palestine qui datent de plus de 40 ans. Mais il s’y ajoute aussi que l’Afrique a un lien ombilical avec la Palestine et particulièrement son héros Yasser Arafat. Qui a aussi des liens de plume avec l’Association des écrivains du Sénégal.»
A en croire le président de l’Aes, ce prix porte tout un symbole. «Je sais que pour immortaliser une œuvre ou un homme, il faut le fixer par l’image, le son et la plume. Nous, nous avons choisi de fixer sa mémoire par la plume», a commenté Alioune Badara Bèye qui précise encore que ce n’est pas un concours où les gens déposent des ouvrages pour obtenir cette distinction. Rendant hommage au 1er lauréat du Grand prix africain Yasser Arafat pour la paix et la liberté, il a indiqué que comme cela a été le cas pour cette première édition, le lauréat de chaque année ne sera pas un écrivain débutant, mais quelqu’un qui est connu sur le plan international et dont les idées ont contribué à la promotion de la paix et de la liberté.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here