PARTAGER

Les sections du Forum civil de Thiès et de Darou Khoudoss ont constaté une vague de licenciements à l’usine Grande côte opérations (Gco). Préoccupé par ces licenciements et les menaces qui pèsent sur 44 autres travailleurs, le Forum civil invite les autorités administratives à rétablir les concernés dans leurs droits.

La vague de licenciements constatée à l’usine Grande côte opérations (Gco) préoccupe les sections du Forum civil de Thiès et de Darou Khoudoss. Dans un communiqué, lesdites sections expriment leur préoccupation «suite au licenciement de 22 travailleurs et la menace qui pèse sur 44 autres, au motif d’un rassemblement qui violerait le règlement intérieur de l’usine et d’échanges de nature séditieuse dans leur groupe WhatsApp». Les auteurs du document soulignent qu’au-delà «du caractère peu convaincant des motifs évoqués, ces licenciements se déroulent dans un contexte de frustration et de mécontentement grandissants des populations qui cohabitent avec les industries extractives». Ils en veulent pour preuve «le dernier litige qui a opposé les habitants de Tobène aux Ics (Industries chimiques du Sénégal) qui a abouti sur la table du juge et pour lequel plusieurs personnes ont été arrêtées et emprisonnées». Dans leur document, les sections du Forum civil informent que leur préoccupation est accentuée par le fait «que ces industries ne respectent pas toujours les dispositions du Code minier quant au recrutement de la main-d’œuvre locale et à la nécessaire préservation de l’environnement». A ces difficultés, les membres de cette organisation ajoutent «la paupérisation des populations due en partie au non versement des différents fonds prévus pour alimenter les budgets des Collectivités territoriales». D’ailleurs selon eux, ces «budgets doivent améliorer considérablement le vécu des communautés impactées par l’exploitation minière». Pour le Forum civil, «si rien n’est fait, cette atmosphère délétère pourrait déboucher sur des troubles graves qui pourraient compromettre la paix sociale et par ricochet hypothéquer la poursuite de l’activité minière». Pour éviter cette situation, les sections du Forum civil de Thiès et de Darou Khoudoss invitent «d’une part, les autorités administratives, à travers l’Inspection du travail, à appliquer dans toute leur rigueur les dispositions prévues par le Code du travail pour rétablir les travailleurs dans leurs droits». A la direction de l’usine, elles lui demandent d’apaiser «la situation sociale en procédant au retrait des actes de licenciement et, à l’avenir, cultiver de meilleurs rapports avec les travailleurs». S’adressant aux travailleurs, le Forum civil les invite «à respecter le règlement intérieur de l’usine tant qu’il est conforme avec les dispositions légales en vigueur et à s’interdire tout acte de nature à hypothéquer la survie de l’entreprise et à nuire à son image».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here