PARTAGER

Plus de 4 mille milliards de francs Cfa investis dans divers programmes d’infrastructures et 3 millions d’emplois créés. C’est le bilan de l’Agetip Sénégal depuis sa création en 1989.

L’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public contre le sous-emploi (Agetip) a profité de la 35ème Assemblée générale de Africatip, la structure qui réunit les Agetip de l’Afrique, pour afficher ses performances depuis sa création en 1989. D’après son directeur général, El Hadji Malick Gaye, différents projets ont été exécutés, grâce aux financements des partenaires pour un montant cumulé de 4 mille milliards de francs Cfa. Si Africatip soutient avoir créé 9 millions d’emplois en Afrique, Agetip Sénégal en revendique 3 millions. Ceci, grâce à une forte mobilisation des ressources qui ont abouti à la réalisation de centaines de projets dans les communes et départements. «Cela est perceptible à travers les différentes réalisations sur toute l’étendue du territoire national», salue Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Gouvernance locale, du développement et de l’aménagement du territoire.
Pourtant, l’Agetip est née dans des circonstances particulières pour répondre à des besoins réels et pressants des collectivités territoriales. En effet, pour sortir de l’ornière face à une crise économique et une pauvreté galopante, les Etats africains étaient assujettis aux Programmes d’ajustement structurel. Lesdits programmes étaient synonymes d’austérité et de rigidité, cause du chômage chronique et des troubles sociaux récurrents qui n’épargnaient aucun secteur aussi bien dans les centres urbains, qu’en milieu rural. «Le développement de nos Etats passe inéluctablement, par le développement des territoires et on ne peut parler de développement sans infrastructures. Tel est le sens et la raison d’être de l’Agetip. C’est-à-dire, donner aux collectivités territoriales les infrastructures dont elles ont besoin pour leur viabilité et l’épanouissement de leurs populations», souligne le ministre.
Il faut relever que le ministère en charge des collectivités locales avait signé avec l’Agetip une Convention de maitrise d’ouvrage déléguée depuis 2007 pour accompagner les collectivités territoriales dans la réalisation de leurs programmes d’investissement. Au-delà, l’Agetip intervient également, dans l’appui aux collectivités locales qui l’ont choisie pour réaliser leurs investissements au profit des entités décentralisées. Aujourd’hui, avec la multiplication des agences étatiques, l’Agetip est soumise à une rude concurrence. Même s’il ne nie pas cet état de fait, le directeur général relativise : «Nous intervenons dans les corps d’ingénierie. Géné­ralement, les autres agences sont spécialisées dans un domaine. Nous avons des missions transversales. On travaille avec tous les départements techniques ministériels. Et nous avons bénéficié de la confiance de tous les bailleurs de fonds qui viennent au Sénégal.»
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here