PARTAGER

Les conditions de la femme parlementaire, le chômage dans l’espace Uemoa et l’employabilité des jeunes sont les thèmes retenus pour la 28ème session extraordinaire du Comité interparlementaire de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Cip-Uemoa). Elle se tiendra du 22 au 29 septembre 2019 à Dakar. L’ouverture officielle a été effectuée hier.

Du 22 au 29 septembre se tient à Dakar la 28ème session extraordinaire du Comité interparlementaire de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Cip-Uemoa). Hier a eu lieu la cérémonie d’ouverture officielle. «L’adéquation entre la formation professionnelle et la demande d’emploi sur le marché du travail» et le «Rôle et l’affirmation de la femme députée au sein des parlements des Etats membres de l’Uemoa : quel type d’impulsion en faveur de sa promotion ?» sont les deux thèmes retenus pour cette deuxième session extraordinaire de 2019. En effet, madame Aka Amanan Véronique, présidente du Co­mité, a été représentée par le président du Cip-Uemoa pour le Sénégal, Amadou Mame Diop. Selon ce dernier, «pour le premier thème, il faut noter qu’en Afrique au sud du Sahara, 60% de la population, soit 200 millions de jeunes, ont moins de 25 ans et 11 millions de jeunes entrent chaque année sur le marché du travail. Malgré une croissance économique soutenue depuis des années et des progrès en termes d’éducation et de formation, la question de l’emploi des jeunes et de leur employabilité reste un défi majeur pour nos pays».
Au nom de Moustapha Niass, président de l’Assemblée nationale, Aïda Sow Diawara, vice-présidente du Parlement sénégalais, a suggéré que les propositions et résolutions issues des différents travaux soient judicieusement exploitées.
Par ailleurs, elle a aussi souhaité que ces mêmes travaux trouvent des voies de solution face à la problématique du chômage des jeunes et du rôle et de l’affirmation de la femme députée.
A la fin des travaux, des recommandations seront formulées à la Commission de l’Uemoa, aux Etats membres et aux acteurs concernés par ces questions. Les députés recevront l’appui d’experts sénégalais. Et au terme de la session, deux jours d’atelier sont prévus pour échanger sur les outils de contrôle démocratique à l’intention des membres.
C’est à Dakar que les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union ont signé le traité portant création du Parlement de l’Uemoa le 29 janvier 2003.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here