PARTAGER

Le Comité consultatif des femmes de la commune de Thiès-Est nourrit de nombreuses attentes par rapport à la politique économique de l’Etat à travers le  Plan Sénégal Emergent. Ces braves amazones l’ont fait savoir, ce jeudi, lors de la célébration de la 29e édition de la Quinzaine nationale de la femme, placée sous le thème : «Le Pse, un Levier essentiel pour l’autonomisation des femmes.» Des attentes, qui tournent principalement autour du renforcement de capacités des bénéficiaires, afin qu’elles puissent, d’ici 2037, l’année de l’évaluation de la politique économique de l’Etat, de «sentir des avancées significatives dans leurs différents domaines d’activités». Surtout que, fait noter la présidente dudit Comité consultatif, Mme Khary Mbaye Ka, «les trois grands axes du Pse, à savoir la protection sociale, la croissance économique et la bonne gouvernance, nous intéressent au plus haut point». Elle trouve impensable de «parler de ces trois axes sans penser à la femme».
Par ailleurs, Mme Ka demande à ses « sœurs » de prendre en charge leurs propres besoins, surtout en matière de santé et de croissance économique pour assurer leur propre autonomisation. Ce d’autant que, pour elle, «les femmes constituent une force incontournable». Concer­nant la part du Comité consultatif, Khary Mbaye Ka renseigne qu’«on forme les femmes, on les sensibilise pour leur permettre d’avoir des activités génératrices de revenus».
Le maire de la commune Est, Pape Bassirou Diop, profitant de l’organisation de la Quinzaine de la femme pour rendre un hommage mérité aux femmes de sa commune, ne manquera pas d’insister sur la «responsabilité des femmes» pour la réussite du Pse. «Instruites, qualifiées et très braves au travail, les femmes doivent être intégrées dans les centres de décision. D’ailleurs, les échanges au niveau du panel ont démontré à suffisance qu’elles peuvent jouer un rôle important dans la vie de la nation. Elles sont dans le maraîchage, la pêche et l’élevage, entre autres. Tout ce que nous leur demandons, c’est de bannir le gaspillage dans les cérémonies familiales », dira le maire Diop. Et de les inviter à « méditer l’exemple de Marine Le Pen en France et d’Hilary Clinton aux Etats-Unis, qui ont su rivaliser avec des hommes pour occuper le poste de président dans leur pays».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here