PARTAGER

La deuxième édition du festival de Joal Fadiouth, encore appelé Xeeman jööng fa Faajut ou Les côtes en corde, aura lieu du 20 au 22 décembre. Initiée par la ministre des Mines et de la géologie Sophie Gladama Siby, le festival mise sur la préservation de l’environnement de Joal autour du concept de géoparc. Après le lancement des activités qui s’est déroulé en juillet dernier, le festival démarre ce vendredi avec une programmation riche et variée. Innovation de taille cette année, le festival a démarré par un pré-festival qui s’est étendu sur 60 jours avec des activités attractives pour la population locale et sénégalaise. A l’affiche cette année, de grands noms de la musique internationale et nationale. Cheick Tidiane Seck, le musicien malien spécialiste du clavier et de la guitare qui a accompagné les plus grands ténors mondiaux comme Jimmy Cliff, Wayne Shooter, Carlos Santana, Randy Weston, Salif Keïta etc., sera de la partie. Il partagera l’affiche avec Sahad and the Nataal Patchworks, Carlou D, Kya Loum, le Burkinabè Dicko Fils ou encore Bidew Bou Bess et Samba Peuzi.
Le festival de Joal Fadiouth, c’est aussi des activités organisées pour réfléchir sur les problèmes de cette petite commune. L’éclairage public, l’assainissement, la voirie et le chômage des jeunes, voilà quelques-uns des problèmes listés par le président du comité d’organisation du festival, Aboubacar Diouf. «La mairie fait ce qu’elle peut, mais elle ne dispose pas de moyens.» Les ressources issues de la manifestation seront ainsi réinvesties dans la commune, promet M. Diouf. «Après le premier festival, nous avons réfectionné la gare routière qui n’avait aucune infrastructure. Toutes les retombées vont aller directement dans la commune», dit-il.
«Le géoparc est un nouveau concept développé depuis quelques années par des scientifiques de diverses disciplines. Ces derniers considèrent, à juste titre comme tous les autres acteurs de la géologie, la Terre comme le patrimoine qui abrite, nourrit et offre de multiples paysages à l’être humain ; d’où la nécessité de la préserver urgemment pour les générations futures, au bénéfice des populations. Les géoparcs contribuent à l’émergence économique, à la conservation du géo patrimoine, au développement et à la participation communautaire», informe une note de présentation du festival
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here