PARTAGER

Lancé hier par le ministre du Commerce et des Pme, le Concours national de Business plans, «business academy», va récompenser pour la 2ème édition 120 lauréats. En plus d’un financement compris entre 5 et 20 millions de francs Cfa, ils vont bénéficier d’une assistance technique.

La deuxième édition du Con­cours national de business plans, «business academy», a été lancé hier. Ainsi, les 120 meil­leurs vont être primés pour les accompagner dans la croissance et la reprise de leurs activités post Covid-19. En plus, des centaines de mentors et parrains accompagneront les bénéficiaires de ce programme. Chaque lauréat va recevoir un montant compris entre cinq et vingt millions de francs Cfa. En effet, toute entreprise de droit sénégalais disposant d’une expérience d’un à 7 ans peut participer à l’évènement. Le coût du projet doit être inférieur ou égal à 20 millions de francs Cfa. Autres critères d’adhésion au Concours, c’est d’avoir un plan de relance post Covid-19 ou plan de développement, mais aussi avoir un chiffre d’affaires compris entre 0 et 250 millions de francs Cfa.
Cette compétition a été créée pour accélérer la croissance inclusive et la création d’emplois, soutenir les entreprises impactées par le Covid-19, selon le directeur général de l’Agence de développement et d’encadrement des Pme (Adepme). Idrissa Diabira a fait un bilan de la précédente édition. Il dit : «Le taux de paiement de la première édition est de 75,74%, si on considère le montant global accordé aux 150 lauréats. A noter que 4 lauréats ont désisté pour un volume de financement de 13 millions 455 mille francs Cfa…» Et d’ajouter : «Avec le concours de business plan, 416 emplois ont été créés. 23 projets avaient démarré une activité avant de recevoir la subvention avec 87 emplois existants 133 entreprises formalisées, 416 emplois créés, soit 192% du total des objectifs du projet. Le projet avait pour cible de créer 200 emplois. Chaque projet qui dé­marre crée en moyenne 3 em­plois. Ce qui est important dans le contexte actuel du pays où le chômage pose un réel problème.»
Pour sa part, madame le ministre du Commerce et des petites et moyennes entreprises, Assome Aminata Diatta, est revenue sur les impacts de la crise sanitaire sur les Pme sénégalaises en se basant sur une étude de l’Adepme. Il s’agit de 75% en termes d’annulation ou de diminution des commandes clients, 46% de perturbation des chaînes d’approvisionnement, 39% d’annulation de voyages commerciaux, 34% de rupture de stock ou de surstockage et 27% d’absentéisme du personnel (déplacement risques sanitaires).
De 2012 à 2019, affirme son directeur, l’Adepme a encadré 16 mille 446 Pme, 3 114 jeunes formés à l’entrepreneuriat, 10 mille 947 Pme formées, 909 Pme accompagnées à la création, 1 023 Pme formalisées, 55% de taux de financement, 298 mille 976 jeunes entrepreneurs promus et 20,5 milliards de francs Cfa de financements mobilisés.
Pour la première édition du Concours national de business plans, «business academy», plus de 6 000 entrepreneurs ont participé à la compétition. A travers les formations gratuites dans toutes les régions du Sénégal, il y a eu l’accompagnement de 3 315 porteurs de projets. Et au total, 146 projets avaient bénéficié d’un financement d’un montant de plus d’1 milliard de francs Cfa.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here