PARTAGER

Du 1er au 4 octobre, les notaires d’Afrique siègent à Dakar à l’occasion du 31ème Congrès des notaires d’Afrique, organisé sous l’égide de la Commission des affaires africaines de l’Union internationale du notariat (Caaf). Les organisateurs ont fait face à la presse hier pour parler de l’évènement qui a pour thème «La déjudiciarisation, le foncier et le numérique».

Aujourd’hui s’ouvre à Diamniadio le 31ème Congrès des notaires d’Afrique, organisé sous l’égide de la Commission des affaires africaines de l’Union internationale du notariat (Caaf). L’événement verra la participation de plus de 500 notaires venus des 19 pays d’Afrique et d’autres des 180 pays membres de l’Union dont la France, l’Espagne, l’Amérique Latine. En effet, le thème retenu pour ce congrès annuel organisé à tour de rôle est «La déjudiciarisation, le foncier et le numérique». Alors, la «déjudiciarisation» est, selon Me Dodo Hawa, présidente de la Chambre des notaires du Niger, par ailleurs présidente du 31ème Congrès, «une voie non contentieuse pour régler des conflits qui peuvent surgir autrement que devant les tribunaux». Les assises seront, d’après elle, une tribune pour faire un plaidoyer pour une prise de conscience relative aux questions foncières mal gérées dans le continent. Pour elle, il faut sécuriser le foncier qui est source de conflits socio-politiques en Afrique.
Pour Me Abdel Hamid Achite Henni, président de la Commission des affaires africaines de l’Union internationale du notariat (Caaf), «le congrès se caractérise par un évènement politique dans la mesure où le notariat du pays hôte et le notariat d’Afrique font appel à des experts pour promouvoir la profession du notariat et dire surtout ce qui est le notaire». Et d’ajouter : «Déjudiciarisation, c’est un nouveau mode alternatif du règlement des conflits. C’est une justice de proximité. C’est de mettre en avant le rôle du notaire, l’utilité sociale, juridique, économique du notaire pour régler et aider à rendre une justice apaisée.» Notre pays organise pour la 4ème fois le Congrès des notaires d’Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here