PARTAGER

Le jeûne chrétien a démarré hier et se poursuivra durant 40 jours. Abbé Augustin Thiaw, Curé de la paroisse de Mont Rolland, explique le sens du carême.

La communauté chrétienne observe depuis hier, Mercredi des cendres, le jeûne. Et pour le fidèle catholique, explique le curé de la paroisse de Mont Rolland, «le  carême dure une période de quarante jours qui sépare le mercredi des Cendres au jour de Pâques». 40 jours de conversion, qui seront axés, selon Abbé Augustin Thiaw, sur le «jeûne, la prière et l’aumône». C’est à la limite, dit-il, «la Tritite qui accentue la vie du chrétien». L’homme d’église d’expliquer que «le jeûne est confiné  dans le mandement de carême qui est un document officiel de l’église. Et donc tous les chrétiens doivent jeuner à partir de 18 ans jusqu’à l’âge de 59 ans. Ceux qui ont 14 ans peuvent faire ce qu’on appel l’abstinence». Le jeûne chrétien consiste, selon Abbé Augustin Thiaw, «à prendre un repas par jour, c’est-à-dire si on jeûne le mercredi des Cendres en principe on ne devrait pas manger ni le matin ni à midi ; on attend que le soir parce que notre dernier repas, c’est le dernier repas du Mardi gras», explique-t-il. Avant d’ajouter : «il n’y a pas de coupure de jeûne encore moins de «heud» comme on dit mais tout simplement un jeûne qui est là». Sont exemptés du jeûne chrétien les malades et les personnes souffrant de certaines pathologies, fait savoir le Curé de la paroisse de Mont-Rolland, qui estime : «On demande à ces derniers que même quand ils jeunent, ils devraient pouvoir prendre de l’eau.» Abbé Thiaw de souligner qu’«encore une fois, l’église ne met pas l’accent sur le fait de ne pas manger ni de ne pas boire parce que tout simplement on le dit : ces efforts-là ne changent en rien en ce que Dieu Est, mais c’est tout seulement des efforts qui essayent de mortifier notre corps pour que notre cœur puisse s’élever et se départir de tout ce qui est futilités mondaines».
Parmi les œuvres recommandées par l’église, «la visite aux malades et aux prisonniers mais également le fait d’apporter une aide financière aux personnes malades ou dans le besoin». Le Curé de la paroisse de Mont-Rolland de rappeler aussi qu’il y a «deux jours qui sont obligatoires pour le jeûne : Le Mercredi des cendres (hier) et le Vendredi saint. Ce sont deux jours, ainsi que tous les vendredis de l’année, que le chrétien ne doit pas manger de la viande. C’est une tradition qui nous vient de l’Europe mais nous y sommes liés car nous pensons que la viande, c’est un peu en lien avec la vie que le Christ a donnée et donc c’est une sorte de mortification». Mais encore une fois, répète Abbé Thiaw, «l’accent n’est pas trop mis sur l’abstinence physique mais surtout sur la transformation spirituelle».
nfniang@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here