PARTAGER

Alors que la brigade des sapeurs-pompiers de Touba est paralysée à cause du fort taux de positivité de ses éléments, le patron de la Bnsp essaie de rassurer ses éléments. Selon lui, le commandement ne va pas oublier évidemment ses éléments.

La devise des pompiers «Sauver ou périr» se vérifie à l’aune de cette crise avec la contamination de 42 agents à Touba dans l’exercice de leur fonction. Une situation inédite, qui met le haut commandement dans le branle-bas de combat. Le commandant de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers a fait hier un tour à la compagnie de Touba puis au Centre de traitement extrahospitalier au coronavirus de Bambey où sont internés ses éléments.
Dans ce centre, 42 soldats du feu y sont hospitalisés du fait de leur situation asymptomatique. En ce sens, le général Mor Seck, commandant de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers, a fait savoir qu’ils sont venus s’enquérir de l’état de santé de leurs hommes positifs au coronavirus. «Nous sommes venus pour montrer à nos éléments que le commandement est derrière son personnel. Mais aussi, nous les rassurons que le commandement prendra toutes les dispositions pour soutenir leurs familles respectives», avance le patron des pompiers.
Sur place, le général Mor Seck a annoncé qu’une grande partie de l’effectif de la brigade de Touba est testée positive au coronavirus et nombre d’entre eux sont aussi admis dans un centre à Mbacké. Abordant la question relative à l’inquiétude des populations de Bambey par rapport à l’installation du site extrahospitalier, le commandant essaie de dépassionner la situation en insistant sur la sécurité qui entoure l’opération. «L’accès est réglementé et nos éléments sont réellement bien isolés. Il n’y a pas de contact entre les éléments du centre et la population», a-t-il signalé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here