PARTAGER

Promouvoir les jeunes talents du rap en leur offrant la possibilité de s’exprimer sur la scène du Grand Théâtre ! Cela fait 4 ans que le «Open doors» (Ouverture des portes en anglais) tente tant bien que mal de réussir cette mission. S’il est maintenant devenu une date à cocher sur l’agenda, cette messe des jeunes n’est pas appuyée par la tutelle. En effet, «on n’a jamais reçu de subvention émanant des ministères de la Jeunesse et de la Culture». Pour autant, Six, le chargé des relations administratives du label Diégui Rails organisateur du spectacle, assure «qu’avec ou sans le ministère, on va continuer «Open doors»» pour s’offusquer du manque de soutien de la tutelle.
En conférence de presse hier pour expliquer les contours du spectacle qui aura lieu ce samedi au Grand Théâtre, les organisateurs ont déploré le manque de soutien dont souffrent les promoteurs des cultures urbaines. «Les deux plus grands projets que Diégui Rail fait chaque année n’ont reçu aucun appui. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Nous avons soumis les deux projets au Fonds dédié aux cultures urbaines, mais on ne nous a jamais rien donné», a informé Six. Qui explique «qu’au Sénégal pour se faire appuyer, il faut avoir la langue bien pendue. Ce que nous n’avons pas». Il faut tout de même signaler que le Fonds dédié aux cultures urbaines a récemment sorti la liste des structures bénéficiaires. Cela a créé l’ire des internautes quand ils ont découvert qu’une structure qui organise des matchs de football entre rappeurs et mbalaxmen a bénéficié de cet argent. «Si on regarde bien les membres du jury du Fonds dédié aux cultures urbaines, 8 sur 10 ont avalisé les projets des structures avec lesquelles ils ont l’habitude de travailler», a commenté Six pour clore ce débat.

«Open Doors» newlook
Si ce manque d’appui peut être considéré comme un frein à l’expansion du «Open doors», il est, cependant, perçu comme une motivation par les organisateurs. Qui ont décidé cette année d’innover. En effet, cette 4ème édition n’aura pas de tête d’affiche mais une scène dite «Révélation» sera strictement consacrée aux jeunes talents qui, par leurs productions, ont séduit le grand public. Ainsi Maybe, Gotal, Nina la voilée, Meuz, Omg, Tasjicine et One lyrical, entre autres, auront pendant 4 heures, l’occasion de confirmer tout le bien qu’on pense d’eux. Et cela passe nécessairement par une gestion du timing bien plus efficace que les précédentes éditions. En effet, souligne Bamba, le directeur artistique de Diégui Rail : «Nous ne pouvons que mettre à la disposition des artistes la scène. Il leur appartient de faire un spectacle, car les gens se déplacent pour regarder un spectacle. Si c’était juste pour écouter, ils peuvent rester chez eux. C’est pourquoi l’artiste doit tout faire pour intéresser le public.» Le directeur artistique du label Diégui Rail, par la même occasion, a informé que pour être plus efficace dans la gestion du timing, les organisateurs ont travaillé avec d’autres maisons de production. C’est ce qui explique, selon les organisateurs, la présence des rappeurs de Thiès et Louga.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here