PARTAGER

Le Sénégal est en train d’acquérir sa souveraineté budgétaire avec  des ressources internes permettant de financer jusqu’à 64% de ses investissements.

Les ressources internes permettent au Sénégal de financer jusqu’à  64% de ses investissements, selon le ministre de l’Economie, des finances et du plan. Amadou Ba a fait cette déclaration hier, à l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux au personnel de son département. Pour lui, «le Sénégal est en train d’acquérir sa souveraineté budgétaire». «Nous sommes dans un ratio très correct et je dois dire que l’année dernière, on était à 58,42%.  En 2000, 78% des financements reçus de l’extérieur permettaient de faire face au besoin d’investissement», a expliqué le ministre.
Concernant l’endettement du pays estimé à 70%, Amadou Ba dira que cette question qui revient à tout moment «n’a pas de sens». Pour lui, une dette se mesure par rapport à la richesse nationale, alors que «le Sénégal  est en deçà de sa capacité d’endettement». Au niveau de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), informe le ministre de l’Eco­nomie, des finances et du plan, la norme communautaire est de 70%, alors que le Sénégal est à 60%. Par ailleurs, il invite à comparer le service de la dette, c’est-à-dire ce que le Sénégal paie chaque année par rapport à ses recettes fiscales. «Aujourd’hui, on est dans un ratio très confortable, il n’y a pas de problème et ce qui est important, c’est de s’endetter pour financer des projets rentables et faire de la croissance», se convainc-t-il. D’après l’argentier, le Sénégal réduit son déficit budgétaire depuis 2011. «De 2011 à nos jours, nous avons réduit le déficit budgétaire de 3 points. On est passé de 6,7% à un peu près de 3,7% pour les prévisions de 2017», a indiqué le ministre de l’Economie, des finances et du plan qui a consacré hier la tradition de présentation de vœux de Nouvel An au personnel de son département au Théâtre national Daniel Sorano.
La rencontre a été une occasion pour lui de décorer une dizaine de ses collègues dont d’anciens dont le ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des finances sous Wade, Abdoulaye Diop, l’ancien ministre du Bud­get Mouhamadou Makhtar Cissé, le directeur général de la Douane Pape Ousmane Guèye, et d’autres personnalités du ministère de l’Economie, des finances et du plan qui ont été élevés dans l’Ordre national du lion ou l’Ordre du mérite pour service rendu à la Nation.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here