PARTAGER

Le Directeur de la haute compétition (Dhc) est sur une pente glissante. Il est en garde à vue à la Section de recherches de Colobane dans le cadre d’une enquête pour escroquerie, complicité de blanchiment de capitaux, faux et usage de faux en écriture privée présumés. Il doit sortir le grand jeu pour gagner cette haute compétition.

Le Directeur de la haute compétition (Dhc) joue gros à la Section de recherches. Souley­mane Boun Daouda Diop est en garde à vue à la Caserne Samba Diéry Dialo de Colobane depuis mercredi dans le cadre d’une enquête pour escroquerie, complicité de blanchiment de capitaux, de faux et usage de faux en écriture privée et de détournement de fonds présumés. L’ensemble de ses supposés délits à lui reprochés fait un gros ballon à dégonfler pour ce fonctionnaire du ministre des Sports s’il veut reconquérir le terrain de la liberté.
Il s’est retrouvé au cœur de ce mélodrame par la faute d’un ex-collaborateur basé en Italie, qui a saisi les pandores à travers une plainte. Le Dhc gérait les investissements de ce Sénégalais, qui a purgé une peine de prison en Italie  pour trafic de drogue, au Sénégal. Selon lui, il a été floué par son partenaire et a décidé de laver le linge sale devant la justice. Le Dhc aurait vendu ses maisons et détourné l’argent de la location à des fins personnelles. Joli spectacle !
Spécialiste des arts martiaux, Souleymane Boun Daouda Diop pourrait sans doute trouver la parade pour sortir de cette mauvaise passe à la veille de la Coupe d’Afrique des Nations prévue dans deux mois au Gabon. Le Dhc est un personnage central du dispositif du ministère des Sports notamment dans la gestion des primes de match, des relations avec les fédérations. Bref, il devrait se défaire du destin pour regagner sa place sur le terrain sportif.
bsakho@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here