PARTAGER

COUPE DE LA LIGUE – 8 morts et 102 blessés lors de la finale Uso-Stade de Mbour: Samedi macabre à Demba Diop

La finale de la Coupe de la Ligue entre l’Us Ouakam et le Stade Mbour a été d’une violence inouïe jamais égalée dans l’histoire du sport au Sénégal. Selon un bilan provisoire suite à une bagarre généralise entre supporters, 8 sont morts et 102 blessés.

Les scènes de violence vécues samedi à Demba Diop rappellent à bien des égards, le drame du Heysel pour les moins jeunes. Si le bilan de cette finale de Coupe d’Europe des clubs entre Liverpool et la Juventus, jouée le 29 mai 1985, a fait 39 morts et 454 blessés, la finale de Coupe de la Ligue entre l’Uso et le Stade Mbour se révèle être le premier match de football le plus dramatique de l’histoire du football sénégalais.
Au total, 8 supporters de Mbour y ont perdu la vie et 102 blessés selon un bilan provisoire. Un pan de la tribune découverte s’est affaissé sur les victimes après les jets de pierres entre supporters des deux camps. Créant des scènes de panique et de bousculade au niveau de cette tribune.

drame-dd_8166Les supporters de Ouakam indexés
Témoins du début des échauffourées au niveau de la tribune presse, l’incident est parti de jets de pierre du côté des supporters ouakamois qui, voyant le destin du match scellé avec le deuxième but mbourois (1-2), ont vite fait de jeter du sable dans la soupe comme pour abréger le cours d’un match qui se dessinait en leur défaveur. N’ayant rien pu faire contre cette montée de violence, les policiers mettent du temps à intervenir.
Poussés dans leurs derniers retranchements, les supporters de Mbour s’entassent les uns contre les autres face à la pluie de pierres qui s’abat sur eux. Si un groupe de supporters est tombé des tribunes, d’autres ont réussi à enjamber la grille de protection de Demba Diop en prenant leurs jambes à leur cou pour envahir la pelouse synthétique dudit stade où les 22 acteurs regardaient impuissants ce spectacle horrible qui s’offrait à leurs yeux.
Parmi ceux qui ont fait les frais de cette violence grave se retrouvent des blessés, qui sont au nombre de 102, selon un bilan provisoire. Ces derniers ont été transportés dans les structures sanitaires (Cto et Principal) pour se faire soigner après avoir reçu les premiers soins dans un stade Demba Diop sens dessus sens dessous.

Utilisation sauvage de gaz lacrymogènes
Tentant de maîtriser la situation,  les éléments de la police usent de manière sauvage de gaz lacrymogènes dont certains atterrissent à la tribune de presse et la loge. Créant une scène de panique, c‘est la débandade. C’est le sauve-qui-peut. Les journalistes et d‘autres supporters escaladent la murette pour s’extirper de ce manteau de fumée noire s’échappant des grenades lacrymogènes. Parmi eux, des jeunes filles qui perdent connaissance et se font assister par les secouristes qui se démultiplient.
Pourtant les présidents des deux clubs ont joué l’esprit fair-play en échangeant des fanions tout juste avant le début de cette rencontre tenu dans un stade Demba Diop plein à craquer. Mais tout a fini par basculer dans la violence quelques minutes après le deuxième du stade de Mbour inscrit par  Mouhamadou Diawara (101 mn)  alors qu’on jouait les prolongations (1-2). Ce qui était parti pour être une fête du football a donc viré au drame.
 ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here