PARTAGER

Les choses très sérieuses débutent pour le Sénégal qui joue demain (15h Gmt) la Pologne pour le compte de la première journée du Groupe H de la 21e édition de la Coupe du monde. Ce sont des Lions déterminés et confiants qui ont quitté dimanche Kaluga pour Moscou, théâtre de leurs premières joutes historiques en terre russe.

Ils en ont rêvé depuis tout gamin. Ils sont sur le point de réaliser leur plus grand rêve de footballeur. Celui de disputer une phase finale de Coupe du monde de football. Les 23 joueurs convoqués par le sélectionneur Aliou Cissé pour le Mondial russe n’ont jusque-là disputé aucune minute, pour la compétition la plus prestigieuse de la planète foot. Dans 24 heures, ils pourront enfin être classés parmi ces footballeurs chanceux qui en ont eu le privilège et l’insigne honneur d’y avoir pris part. Ce sera demain (15h Gmt) contre la Pologne au stade du Spartak de Moscou qu’ils ont rejoint hier dans l’après-midi.
Ce sera exactement, une semaine après que les Lions ont débarqué en terre russe, à Kaluga où les ils ont établi leur camp de base. Des moments forts qui resteront gravés à jamais dans leur mémoire.
Si le rêve est sur le point de se réaliser, le défi qui attend Cheikhou Kouyaté et ses coéquipiers est grandiose. Il s’agira de faire honneur à tout un pays, toute une Nation, pour ne pas dire, tout un continent. L’Afri­que.
Seulement, si les hommes de Aliou Cissé en sont conscients, ils semblent vivre ces moments dans une totale sérénité. En effet, c’est une ambiance bon-enfant qui règne au sein de la Tanière. Entre les plaisanteries et la joie de vivre lors des dernières séances d’entraînement à Kaluga, le groupe semble vivre les meilleurs moments de leur carrière en sélection. «Dina bakh inchallah», dira le capitaine Cheikhou Kouyaté au sujet de la première sortie des Lions face à la Pologne. Tel un gamin qui attend les fêtes de Noel pour recevoir son cadeau, le milieu de terrain de West Ham semble prêt à mener sa troupe au combat. Quant à Mbaye Niang, le binational qui a intégré la Tanière lors de la dernière ligne droite des éliminatoires du Mondial face au Cap-Vert (2-0), avec en prime un but pour sa première sélection, il respire aussi la confiance. «Le moral est bon et l’état d’esprit également. Si j’ai réussi à bien m’intégrer, c’est parce que les anciens m’ont bien accueilli», se réjouit l’attaquant du Torino.
Mais faut dire que l’aventure n’a pas été tout le temps rose pour cette bande de copains. Parce que marquée par des hauts et des bas. Entre les moments de bonheur sur les pelouses anglaises lors des Jeux Olympiques de Londres 2012, en passant par des échecs en Coupes d’Afrique des Nations, avant la qualification à la phase finale du Mondial russe, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts.
Attendus par tout un Peuple, les Lions veulent enfin écrire une page de leur histoire. A l’image de leurs aînés de la Génération 2002, victorieux de la France (1-0), mais surtout une place de quart de finaliste et pourquoi pas une demi-finale.

Un premier match à ne pas perdre
Si la marche s’annonce haute, Sadio Mané et compagnie entendent bien la franchir. Cela passera d’abord par un bon résultat contre la Pologne, demain. Et Pape Alioune Ndiaye en est conscient. «Une victoire contre la Pologne nous permettrait de bien entamer la compétition», souhaite le milieu de Stoke City. Qui insiste sur l’enjeu d’une telle rencontre. «Ce sera un véritable match de Coupe du monde. Nous travaillons sereinement, tout en espérant une victoire et nous travaillons dans ce sens.»
Son coéquipier Mbaye Niang semble ne pas se mettre la pression en déclarant : «Le match contre la Pologne n’est pas déterminant. Il ne sert à rien de le gagner pour perdre les deux derniers matchs.» Mais l’attaquant sénégalais s’empresse d’ajouter : «Ce serait bien de gagner car cela nous permettrait de bien entrer dans la compétition.» Comme quoi ce Sénégal-Pologne de demain est parti pour être très disputé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here