PARTAGER
Cheikh Mbow, Coordonnateur national de la Cosydep.

Le Conseil d’administration de la Cosydep se félicite du bilan positif de l’année scolaire. «Il n’y a pas eu de grèves récurrentes ni du côté des enseignants ni de celui des élèves», se réjouit le Ca de la Cosydep dans un communiqué. Cela est dû à un certain nombre d’actes posés par les différents partenaires. Il s’agit, entre autres, de «la grande campagne Ubbi tey/jàng tey, les rencontres mensuelles ministère de l’Education et partenaires sociaux, la représentativité des syndicats d’enseignants pour plus de visibilité et de lisibilité dans les rapports entre syndicats et gouvernement». La Cosydep insiste sur l’utilisation optimale du quantum horaire à tous les niveaux d’enseignement qui «devrait logiquement se refléter sur les résultats au regard du lien indéchirable qui existe entre temps effectif de travail et performances».

Ombres au tableau
Par contre, il y a encore des contraintes à lever. «Il est un devoir pour tous les acteurs de maintenir la dynamique en vue d’une fin d’année réussie», insiste la Cosydep. «La question des enfants sans pièce d’état civil, les menaces de boycott de la supervision et de la correction des épreuves du Baccalauréat, la querelle déroutante autour des fuites et fraudes», insiste l’organisation qui regrette que l’atmosphère soit autant polluée par des présomptions de fuites et fraudes largement documentées dans les médias, minimisées par les autorités, avec des dérapages regrettables de tous bords et des positions trop extrémistes.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here