PARTAGER

J’ai été sollicité par une femme de la commune afin que je puisse, en son nom, vous adresser la présente lettre ouverte.
Les initiales des nom et prénom de cette dame sont A.S et elle habite au quartier Logandème dans la commune. Cette mère de famille disposait d’un terrain («Bay Deuk»), mais a été déguerpie.
Situé dans la zone dénommée Jaxaay/Commune de Fatick, ce lopin de terre abritait un bâtiment en dur avec une toiture en zincs construite grâce aux économies que cette dame a pu réaliser par du petit commerce et une tontine avec laquelle elle a pu le réaliser.
Monsieur le maire, cette brave femme m’a conjuré pour que je puisse à travers ces lignes et en son nom vous prier de lui trouver un terrain, fut-il dans une zone autre que celle-ci. Elle soutient que depuis le déguerpissement de son habitation, elle loue une chambre et un débarras avec sa famille, mais arrive difficilement à honorer le payement de son loyer. Mieux, cette Fatickoise soutient qu’elle a été à plusieurs reprises chez vous et à la mairie, à chaque fois qu’elle a été mise au courant d’un de vos séjours dans la ville, mais n’a jamais eu la chance de vous rencontrer. Elle m’a montré en outre une carte de membre de l’Apr, acquise depuis 2008 et affirme qu’elle connaît très bien Madame la Première dame qui, elle aussi, la reconnaîtrait facilement si elles se rencontraient un jour. Confiante et très optimiste par rapport à votre personne, Monsieur le ministre, elle m’a confié aussi être certaine que si vous saviez ce qu’elle traverse actuellement, vous auriez été tout de suite prêt à l’aider et à la tirer de sa situation. Elle a ajouté que vous êtes un homme très social et qu’elle est sûre de compter sur vous.
M’ayant répété à plusieurs reprises son amitié et sa détermination militante pour le Président Sall qui lui aussi la connaît très bien, elle se dit totalement convaincue que son problème sera réglé.
Quand elle est venue me demander de vous écrire, Monsieur le maire, je me suis exécuté, vous sachant très coopératif et réceptif quant au fait de poser les problèmes afin de leur trouver des solutions.
Monsieur le maire, si vous pouvez débloquer la situation de cette femme et la soulager dans les meilleurs délais, vous aurez réglé encore un cas purement social et cela pourrait jouer en votre faveur à tous points de vue.
Elle ne souhaite qu’une chose aujourd’hui : que vous lui attribuiez un terrain pour sa famille et pour l’avenir de celle-ci.
Sur cette sollicitation, Monsieur le ministre, cette femme m’a confirmé toute son optimisme.
Respectueusement à vous, Monsieur le maire !
Pour Madame A.S
Logandème/Fatick
76 280 82 66.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here