PARTAGER

Tout d’abord, je salue, en tout cas, l’heureuse initiative prise par Y en a marre et la réussite incontestable de leur manifestation, au regard du public record, qui y a pris part, librement et sans aucun incident. Cette réussite est tout à leur honneur, parce qu’il est absolument sûr et certain, qu’aucun de ces nombreux partis et mouvements présents à ce rassemblement, à eux seuls, n’était en mesure de faire venir tout ce monde, sans les avoir transportés à leurs frais.
Il est heureux aussi, que l’Etat ait pris finalement la décision d’autoriser ce rassemblement de Y en a marre. Ce qui est un acte banal, tout à fait normal, dans une démocratie qui se respecte et s’exerce normalement dans un Etat de droit. Car, son interdiction aurait été une violation grave à l’une des libertés fondamentales reconnues par la Constitution, à tous les citoyens. Une liberté, qui permet aux citoyens, lorsqu’ils sont mécontents ou ont des griefs contre le pouvoir en place ou des mesures injustes, etc., en usent pour l’exprimer par cette manière ou une autre. Par conséquent, ce qui s’est passé, ce 7 avril, rentre parfaitement dans le cadre normal de l’exercice des libertés et du respect de la Constitution. Car, c’est dans le même temps que la Constitution autorise le pouvoir à gouverner, qu’elle donne aussi le droit aux opposants, de s’opposer dans les limites, encadrées par la loi fondamentale.
Ainsi, quels que soient les réels objectifs visés par les organisateurs de cette manifestation ou d’autres ultérieurement, il est très important de noter et  signaler à tous les prétendants et futurs dirigeants de notre pays, ce dont le Peuple sénégalais a absolument  besoin dorénavant à la tête de son pays. C’est cette race de personnes, qui est devenue une denrée rare de nos jours, dans le monde et particulièrement en Afrique. Il s’agit de se doter de dirigeants politiques intègres et gestionnaires vertueux, qui ont les mains propres, en vue de bien gérer notre pays,  dans les règles de l’art, et particulièrement  ses ressources en tous genres, actuelles comme à venir. Par conséquent, ceci revient à dire clairement, que tous ceux, parmi nous, qui ont eu à tremper, un jour, dans des malversations financières de toutes sortes au cours de la gestion des affaires publiques, que ces derniers fussent du Pouvoir ou de l’Opposition, doivent être écartés et exclus de la gestion des affaires de notre pays à l’avenir. Au demeurant, quels qu’ils soient, de quel que bord qu’ils puissent appartenir. De telles précautions et prédispositions prises en amont, comme mesures de sauvegarde, nous permettrons de mettre fin aux privilèges absolus et à l’impunité qui leur est attachée. Cette gangrène, dans notre pays, doit être absolument éradiquée une bonne fois pour toutes, dans le futur. Il est sûr et certain que ce monde-là n’était pas homogène et il y avait du tout, notamment des gens à ne point fréquenter, parce que justement, auteurs de faits soulignés plus haut.
Mais en analysant froidement les faits, on se rend bien compte que c’est une Opposition désemparée, éclatée sans leadership de taille, dont les composantes ne se parlent pas et ne sont pas en mesure de constituer des groupes ou ensembles homogènes, puissants avec une démarche cohérente et un objectif clair pour les Sénégalais. C’est une telle opposition, aux calculs politiciens et sans idéologie claire et précise, qui s’était regroupée derrière Y en a marre à la place de la Nation et l’avait utilisé comme un faire-valoir, afin de bénéficier de son savoir-faire et succès. Donc, ce rassemblement, très réussi, cache véritablement un flou trompeur, alors que les Sénégalais ont besoin maintenant de visibilité, de clarté sur les orientations et objectifs des uns et des autres de cette opposition sans visage en direction des prochaines consultations. Les Sénégalais ont été trop souvent trompés par des politiciens qui cachent leur jeu et, une fois au pouvoir, dévoilent leur véritable visage ou changent de casaque. Voilà pourquoi, il faudrait que le jeu soit clair, pour que les Sénégalais sachent parfaitement, qui est qui et qui avait dit ou a fait quoi ? Par conséquent, il faut alors faire tomber les masques. Avec ce meeting de Y en a marre, les masques demeurent encore et nous cachent les véritables visages et visées de tous ceux qui étaient là. Voilà pourquoi, la vigilance, pour tous les citoyens électeurs et patriotes qui œuvrent pour une alternative crédible aux deux alternances survenues, doit toujours être de rigueur.
Ces opposants, pour la circonstance, nous cachent leurs divergences profondes et antagoniques, en se mettant tous en ordre derrière Y en a marre, comme si de rien n’était, alors que l’animosité, entre eux, règne encore, mais simplement camouflée.
Il n’est pas réaliste moins encore réalisable de voir, toute une Opposition divisée par des intérêts personnels divergents, appeler à former un seul bloc compact, aux seules fins de combattre un pouvoir en place, qui peine à tenir ses promesses. Pour une bonne partie de la population, ceci sent le deal. Surtout lorsque cela s’est fait sans discussion ni accord préalable autour d’un programme clair et précis. Non, c’est un mirage pour tromper encore, comme par le passé, le Peuple, car, c’est certain que ceci n’est point fait au profit des larges couches populaires déshéritées. Et il n’y a aucun doute, comme par le passé, dès le lendemain de la victoire, cette Opposition, hétéroclite, éclatera à cause des contradictions en leur sein, au moment du partage du butin ou des places.
Nous voici à la veille des Législatives et tout ce beau monde cache ses ambitions et clame une unité de façade, donc fausse. Par conséquent, rien que pour gruger encore les électeurs, qui sont loin de soupçonner ce complot qui se trame contre eux. Ce rassemblement du 7 avril, malgré l’importance du public présent, est loin d’être unitaire en vérité et ne donne pas un visage qui rassure, à cause justement, des non-dits de chaque composante, prise isolément. L’histoire, cependant, nous a bien et maintes fois enseigné et montré cela chez nous. C’est pourquoi, nous devons nous méfier de tels regroupements, à la va-vite, sans lendemain. Et j‘invite pour ma part, tous les Sénégalais à davantage de vigilance, mais et surtout, à toutes les forces vives progressistes de notre pays, à se méfier de l’euphorie, que parfois de tels genres de rassemblement peuvent créer comme mirage, mais loin de refléter toujours la réalité.
Pour toutes ces raisons qui précèdent, Y en a marre doit aussi prendre ses responsabilités pour dire aux Sénégalais à quelles fins, il les appelle ? Certes, c‘est bien de rassembler autant de monde, mais il faut leur dire pour quoi faire après ? Ses membres, au regard de ce qu’ils prônent comme conduite à tenir, doivent s’impliquer personnellement, tant est qu’ils sont clairvoyants, au point, de devoir indiquer aux Sénégalais, la bonne voie à suivre ?
Oui, pour prétendre orienter la bonne direction à suivre ou diriger son pays vers un avenir meilleur et des objectifs qui rassurent, on est forcément obligé de faire de la politique concrètement et de prendre part ou s’engager activement, à tout ce qui s’y fait. Surtout, lorsqu’il s’agit de changer en mieux le comportement de notre personnel politique actuel, en celui qualitativement supérieur et pour qu’il se mette au service de leur Peuple. En un mot, afin de leur donner l’exemple et leur montrer le chemin qui mène des citoyens modèles en tous points de vue.
En dehors de cela, ils demeureront à surfert toujours sur le terrain très facile, de la théorie. Un terrain, où l’on peut facilement, être excellent, mais totalement nul en pratique concrète de dirigeant exemplaire. Suc­cinctement, ce sont là mes impressions par rapport à l’appel de Y en a marre du 7 avril 2017.

Mandiaye GAYE
Mandiaye15@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here