PARTAGER

C’est sans doute sa première sortie dans une émission et sur des questions éminemment politiques. Alioune Badara Cissé n’a pas porté que la robe d’avocat des «sans voix» au «Grand jury» de la Rfm hier. Mais il a aussi, par moments et peut-être pour la majeure partie du temps de l’émission, mis son écharpe de responsable de l’Alliance pour la République. Succession, fonctionnement de l’Apr, ses relations avec Macky Sall… Revoilà ABC !

Alioune Badara Cissé a souvent froissé le chef de l’Etat et son entourage dans ses différentes sorties. S’il est vrai qu’entre-temps, admet-il, il y a eu évolution comme la rencontre entre Macky Sall et les Apéristes de la première heure, ABC continue de revendiquer sa liberté de ton. «Nos relations sont toujours les mêmes, sauf qu’il faudrait se ré-acclimater, qu’il comprenne que je suis un médiateur, que même quand nous étions indécrottables et ‘’indétachables’’, j’avais quand même ma liberté de ton et mon autonomie. Je suis un avocat et pas un fonctionnaire tout cours. Le temps aura fait son œuvre, il y a certaines choses que son entourage n’admettrait pas, mais moi je ne me considère pas comme un entourage du chef de l’Etat», souligne-t-il. Il ne cache pas que leurs relations n’ont pas toujours été au beau fixe. «Il est bien des choses que je n’aime pas du tout et que je vois autour de Macky Sall. Il est certainement énormément de choses multipliées par 10 que le Président n’aime pas entendre de moi. Ça ne le fera pas changé de son rôle de président de la République. Ça ne me fera pas changé de mon rôle d’être humain, de médiateur par intermittence. C’est pour cela, devant tous nos amis présents à cette rencontre, que j’ai offert de ma personne pour retrouver mes activités politiques au niveau de l’Alliance pour la République qui est un patrimoine commun, qui n’est ni pour Macky Sall ni pour ABC ni pour quelqu’un d’autre», a-t-il encore ajouté. L’ex-numéro 2 de l’Apr n’apprécie pas non plus que ses camarades s’entre-déchirent. Il informe qu’au lendemain de l’audience du samedi 4 janvier, il a eu un entretien avec Moustapha Diakhaté qui n’est plus en odeur de sainteté avec le chef de l’Etat et de l’Apr.

«Je n’aurais jamais limogé Sory Kaba»
ABC déplore par ailleurs le débat sur la succession ou celui d’un éventuel mandat de Macky Sall qu’il estime prématuré. «Nous avons remporté une élection qui était difficile en 2012. Nous avons récidivé avec des difficultés plus grandes en 2019. Et voilà qu’à peine 2020 ouvre ses portes des appétits soient déclenchés de parts et d’autres, contraignant le chef de l’Etat à venir dire : ‘’Je ne veux pas qu’on m’en parle.’’ A sa place, je ne l’aurais même pas dit», a-t-il dit. Le limogeage de Sory Kaba après avoir indiqué que le chef de l’Etat ne peut faire un troisième mandat n’est pas du goût de l’Apériste de Saint-Louis. Pour lui, «une seule adresse aurait suffi sans qu’il soit besoin de prendre d’autres sanctions à l’encontre de qui que ce soit». Le médiateur de la République soutient qu’à la place de Macky Sall, il «n’aurait jamais limogé» Sory Kaba ou encore un Moustapha Diakhaté. «Les jeunes frères qui se trompent, on leur parle et on passe l’éponge», estime-t-il.

«Je ne veux pas être candidat de l’Apr sur recommandation de Macky Sall»
Alioune Badara Cissé réaffirme son intention de reprendre ses activités politiques au sein de l’Apr comme il l’a déjà indiqué à Macky Sall. Et beaucoup y voient un autre possible candidat à la candidature de l’Apr en 2024. Mais il se veut catégorique : «Je ne veux pas être candidat de l’Apr sur recommandation du Président Macky Sall. Je le serai sur la base de mes convictions personnelles, de la consultation de ma famille et de mes amis et, bien entendu, après avoir échangé avec lui (Macky Sall). Mais la seule désignation de ma personne par lui-même est très insuffisante pour que je plonge dans la politique. C’est un combat de titans pour lequel il faut se préparer ici et ailleurs, avec ceux du dedans et ceux du dehors…» Ce sera plus clair à la fin de son mandat en août 2021.

ABC annonce une audience avec le Président Sall : Noo lank précise et relativise
Le médiateur de la République a rendu compte au chef de l’Etat de sa rencontre avec le collectif Noo lank. Et selon Alioune Badara Cissé, les manifestants contre la hausse du prix de l’électricité sont même prêts à rencontrer Macky Sall. «Ils ne s’opposent pas à une audience avec le Président. C’est quand même des citoyens sénégalais, surtout que ces jeunes ne répondent pas au label qu’on leur colle parce qu’extrêmement formés et qui ont ‘’Le Sénégal à cœur’’ pour emprunter cette expression au livre du Président Macky Sall. En tout cas, ceux qui étaient venus me voir n’ont exprimé aucune objection», a dit ABC au «Grand jury» de la Rfm. Joints par téléphone hier, certains membres de Noo lank ont apporté quelques précisions. «Ce que nous avons dit à Me Alioune Badara Cissé, c’est qu’en tant que citoyens, nous ne pouvons, par principe, refuser une rencontre avec le président de la République. Cependant, nous lui avons bien indiqué qu’il est impossible de le rencontrer alors que nos camarades sont en prison. Ça, ce n’est même pas négociable», a confié Aliou Sané, co-coordonnateur de Noo lank. Qui concède, en revanche, que le médiateur est «dans son rôle». Et justement, ABC estime que «cette hausse de l’électricité (lui) semble justifiée dans une certaine mesure».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here