PARTAGER

Au terme de la projection du film «L’affaire Sèye : le festin des vautours», vendredi dernier au complexe cinématographique Sembène, c’était toujours confus dans la tête du public. Mais le ministre de la Culture Abdou Latif Coulibaly, qui a consacré un ouvrage au sujet, est convaincu que la bande des 3, Clédor Sène, Pape Ibrahima Diakhaté, Assane Diop sont les auteurs de l’assassinat de Me Sèye et que Wade est leur complice voire le commanditaire.

Au lieu de répondre à la kyrielle de questions que beaucoup se posent encore sur l’assassinat de l’ancien vice-président du Con­seil constitutionnel, Me Babacar Sèye, le film L’Affaire Sèye, le festin des vautours, réalisé par Moussa Sène Absa, en a plutôt soulevé d’autres. En effet, au terme de la projection du film ce vendredi au Centre cinématographique Ousmane Sembène, chacun a voulu apporter sa part de vérité. Le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, qui a assisté à la projection et qui intervient également dans le film, soutient, sans le nommer cependant, que Abdoulaye Wade n’est pas tout blanc. «En un moment donné, j’ai eu la même conviction que vous (Moussa Sène Absa) à savoir que ce n’est pas l’opposition qui a tué Me Sèye. Mais parlons de faits et replaçons-les dans leur contexte. 15 mai 1993, assassinat de Me Sèye. 16 février 1994, assassinat de 6 policiers. Les mêmes qui ont été accusés quand Me Sèye a été assassiné ont été également accusés en 1994. Les faits sont concordants et têtus et parlent d’eux-mêmes. Et ma conviction c’est que la même personne qui a été indexée comme étant commanditaire a été quasiment le responsable de l’assassinat des 6 policiers à Dakar. Personne ne peut me persuader du contraire», note M. Coulibaly. Ce dernier qui était à l’époque de l’assassinat de Me Sèye journaliste, responsable de la page politique de Sud Quotidien, a suivi tout le débat, rapporté tous les faits y afférents et même écrit le livre : Assassinat de Me Seye : un meurtre sur commande. A ce titre il se considère comme étant bien placé pour en parler. «On a arrêté Clédor et les assassins dans la forêt de Bignona. Tout le monde savait que la voiture a été achetée en Gambie. J’ai passé 14 jours dans ce pays pour pister tous les lieux, y compris là où on a acheté le pistolet qui a tué Me Sèye, celui qui les avait hébergés, celui qui leur avait donné l’argent. Je l’ai écrit dans mon journal, je n’ai jamais été arrêté», rappelle-t-il citant par ailleurs d’autres faits qui mouillent Me Wade. «Les assassins ont reçu chacun 25 millions de francs Cfa et sont sortis de prison. De la part de qui ? Du Président de l’époque. Amnistie générale sur tous les faits ! Qui peut revenir sur ça ?», s’étonne le ministre de la Culture qui reconnaît quand même que le gouvernement de l’époque avait failli quelque part. «C’était une tragédie, un drame, c’était évident à l’époque. Maintenant, le gouvernement (du Parti socialiste) a failli, il a eu un comportement désastreux qui a laissé planer le doute quelque part. La police a été négligente en emprisonnant le frère jumeau de Assane Diop, avant de se raviser 3 jours après. On peut également reprocher à la justice de n’avoir pas pu démontrer la culpabilité de Wade. Mais qu’on invente des histoires parallèles par rapport à une réalité qui est là… Celui qui l’a fait. C’est celui-là également qui a fait les meurtres des 6 policiers», confie-t-il.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here