PARTAGER

Abdoul Mbaye n’a pas réussi à se faire une place à l’Assemblée nationale, mais le président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) dit avoir «beaucoup appris» de ces élections législatives. Dans un entretien accordé à Intelligences.info, il a abordé des questions concernant son avenir politique. Parlant du renouvellement de la classe politique sénégalaise qu’il prône, la tête de liste de la coalition Joy­yanti soutient : «Il faut faire de nouveaux choix, mais il ne faut pas exclure toute l’ancienne classe politique. Il y a au sein de celle-ci des personnes qui pensent différemment, qui sont prisonnières d’un tas de facteurs et qui, à mon avis, peuvent être disponibles pour la mise en œuvre d’une nouvelle manière de faire de la politique.» Quid de son adhésion au front de l’opposition en gestation et lancé chez Wade au lendemain du scrutin ? Le président de l’Act estime en tout cas que les leaders de l’opposition «ne peuvent pas retourner à des élections dans des conditions identiques» et que «les partis politiques et tous les citoyens de ce pays sont concernés».
Et justement de l’ancien président de la République et tête de liste nationale de la Coalition gagnante/Wattu senegaal, l’ancien Pm de Macky Sall précise n’avoir pas partagé sa «manière de gérer les affaires publiques» quand il était au pouvoir. Il ajoute toutefois : «Je lui (Abdoulaye Wade) reconnais d’avoir beaucoup fait pour la démocratie de notre pays. L’histoire le retiendra comme un des grands bâtisseurs de notre démocratie. Je suis persuadé que s’il avait été absent de cette campagne, on aurait vu encore pire.»
Interpellé sur sa candidature à la Présidentielle de 2019, M. Mbaye n’a ni confirmé ni infirmé sa participation à ces échéances. Il dit : «Nous ne sommes pas un parti politique qui fonctionne seulement au moment des élections. Nous avons un projet politique fondamental : c’est aider à éveiller les consciences des Sénégalais, leur montrer que la voie politicienne n’est pas celle qui peut permettre d’améliorer leurs conditions de vie.»
Abdoul Mbaye a par ailleurs indiqué qu’il a eu «presque l’impression, non seulement que les défaillances dans l’organisation des élections sont organisées à dessein, mais qu’il y a systématiquement une recherche de forcing pour faire passer un objectif».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here