PARTAGER

Il l’avait dit il y a quelques années alors qu’il était encore journaliste. Aujourd’hui encore, Abdoulatif Coulibaly réaffirme que l’offense au chef de l’Etat est un délit «suranné».

Le journaliste Adama Gaye a obtenu une liberté provisoire vendredi dernier après avoir été placé sous mandat de dépôt pour offense au chef de l’Etat et atteinte à la sûreté de l’Etat. Abdoulatif Coulibaly, un «ancien journaliste», comme il se définit, trouve que ces délits sont dépassés. Le ministre porte-parole du président de la République Abdoulatif Coulibaly, qui était invité de l’émission «Grand jury» de la Rfm hier, dit : «Je l’assume totalement. Je trouve que ce délit (offense au chef de l’Etat) est un délit suranné pour deux choses au moins : Un délit pénal est défini et précis. Le juge n’a pas besoin d’imaginer qu’est-ce que l’offense au chef de l’Etat parce que la procédure sur la base de l’offense au chef de l’Etat et l’article 80 sont des procédures allégées qui permettent rapidement au procureur de la République de mettre quelqu’un en prison. Ce n’est pas parce que je suis dans un gouvernement que je vais me renier aujourd’hui. Ça fait partie des progrès démocratiques. Je vous dis, j’assume ce que j’ai écrit il y a vingt ans.» Il précise cependant que ce n’est pas la position de Macky Sall. «Je ne l’ai jamais entendu dire sa position par rapport à cela», insiste-t-il.

«Mamour Diallo n’a rien à voir avec le paiement (des 94 milliards)»
Latif Coulibaly assure que l’affaire dite Aliou Sall suit sa «procédure normale». Sur les accusations contre frère du Président et l’Etat du Sénégal qui aurait perdu des milliards dans ce dossier de concession du pétrole et du gaz révélé par la Bbc, il répond : «Qui accuse prouve. Aujourd’hui, qui a prouvé quoi ?» Sur un autre dossier judiciaire, celui des 94 milliards, M. Coulibaly se veut clair : «La vérité judiciaire n’est pas forcément la vérité absolue. Dans le cas d’espèce, certains qui ont une cohérence d’ensemble dans le raisonnement peuvent parfaitement vous dire qu’il n’y a aucune zone d’ombre dans ces 94 milliards.» Et s’agissant de l’ancien directeur des Domaines accusé de détournement par Ousmane Sonko, la voix du chef de l’Etat s’en étonne. «Mais comment Mamour Diallo peut-il payer de l’argent ? A moins qu’on ait changé toutes les règles de finances publiques. L’aurait-il décidé il ne peut pas payer l’argent. C’est à la fois le directeur général du Budget et le directeur du Trésor qui vont payer. Mamour Diallo n’a rien à voir avec le paiement», martèle-t-il.
Communication gouvernementale

«Le Président veut une stratégie de communication plus organisée»
Dans sa livraison du week-end, Le Soleil a annoncé que le chef de l’Etat a décidé de revoir sa stratégie de communication. Le ministre porte-parole du Président a confirmé qu’une réunion a été tenue dans ce sens et au cours de laquelle Macky Sall a «dans un premier temps félicité ses tous ceux qui ont porté la parole pour défendre la majorité». Et il rapporte ce que le Président a dit lors de cette réunion : «Vous avez été quasiment dans tous les débats. Pour certains, ça a été très heureux, pour d’autres il y a eu des problèmes. Maintenant, je veux qu’on ait une stratégie encore plus organisée parce que tout ce qu’on a fait, on l’a fait, mais cela n’a pas été nécessairement très organisé.» Et pour Latif, déjà il y a «un effort formidable de comptabiliser toutes les émissions qui se déroulent dans ce pays à l’intérieur de Dakar comme à l’extérieur, de comprendre quelle a été notre présence». Il s’agira, selon lui, de dire «ce qui a été bien, ce qui est à améliorer et ce qui a été mauvais». Toutefois, il précise qu’il n’a «pas entendu le Président dire que la communication n’est pas bonne».

«Si Macky Sall choisissait un autre candidat à Sokone, j’assumerais toutes mes responsabilités»
Abdoulatif Coulibaly a réitéré ses ambitions de diriger la mairie de Sokone. Mais pour le moment, il dit attendre le moment venu. «Pourquoi je devrai faire exception ? Aucune candidature n’a été parrainée au Sénégal. Ma candidature sera parrainée au moment où toutes les autres le seront. Vous voulez que je vienne dire ici que Macky Sall a parrainé ma candidature, que je serai le candidat de Sokone», a-t-il dit. En revanche, explique-t-il, «s’il (Macky Sall) choisissait un autre candidat, j’assumerais toutes mes responsabilités, c’est-à-dire je serai candidat ou je ne serai pas candidat». Toujours est-il que le responsable de l’Alliance pour la République ne semble pas exclure une liste parallèle. «Si on décide de choisir à Sokone quelqu’un d’autre qui n’est pas moi et que j’ai envie d’être candidat, je serai sur une autre liste. Et je ne serai pas le premier à l’avoir fait d’ailleurs. Beaucoup de citoyens de l’Apr sont allés dans une commune. On a choisi d’autres et ils se sont présentés et ont gagné. Donc, je n’ai pas de problème par rapport à cela», précise-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here