PARTAGER

De nombreux chefs d’entreprise sont dans l’attente de la délivrance des titres d’exonération, des Efe (entreprises franches d’exportation : Ndlr) et des agréments au Code des investissements, a fait savoir hier Baïdy Agne, à l’occasion de la Rentrée fiscale 2020 de la Direction générale des impôts et domaines (Dgid). «Les retards enregistrés depuis le début de l’année engendrent au niveau des entreprises d’importants surcoûts financiers ainsi que la non-exécution dans les délais des plannings d’activités et d’investissements», a alerté le président du Conseil national du patronat (Cnp).
En réaction à cette interpellation, le ministre des Finances et du budget a d’abord invité toutes les parties à un meilleur civisme fiscal. Abdoulaye Daouda Diallo informe avoir commandité une étude au niveau de son département par l’Inspection générale des finances. «Nous avons constaté que sur les titres d’exonération donnés, plus de 37% des exonération ont été détournés. Il a fallu repenser la situation. Je comprends que c’est difficile et je ne peux continuer indéfiniment de bloquer ces titres, mais nous devons ensemble travailler à trouver la solution», a exhorté le ministre. Il pense déjà à élargir la suspension de la Taxe sur la valeur ajoutée (Tva) et des autres impôts. «Peut-être que cela pourrait nous aider et essayer de reconfirmer une fois que ces investissements seraient réalisés plutôt que de continuer à bloquer…», prévient-il. Ab­dou­la­ye D. Diallo a demandé au président du Cnp d’inviter les investisseurs, le secteur privé à davantage d’efforts de civisme, parce que, dit-il, «c’est un effort important de l’Etat de délivrer des exonérations afin de favoriser des investissements». Aussi, invite toujours Abdou­laye D. Diallo, «nous devons tout faire pour éviter que ces avantages soient détournés au profit des structures qui n’en sont pas bénéficiaires».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here