PARTAGER

Le limogeage du coordonnateur du Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac) continue de faire des bulles à Sédhiou. Si des populations considèrent cela comme un manque de considération à l’égard d’une région faiblement représentée au sommet de l’Etat au point d’investir la rue pour réclamer des réparations, ce n’est pas le cas pour le maire Apériste de la commune. Abdoulaye Diop, par ailleurs directeur général du Conseil sénégalais des chargeurs (Co­sec), et ses partisans tiennent un autre discours sur l’affaire Jean-Pierre Senghor qui défraie la chronique dans le Pakao. In­ter­pellé  sur la question en mar­ge d’une rencontre de remobilisation de Benno bokk yaakaar, initiée par le marabout politicien Serigne Pathé Kébé, le maire dont certains accusent d’être l’instigateur du départ de M. Senghor du Prodac n’a pas semblé être à l’aise sur cette question soulevée par des journalistes. Visiblement indisposé par l’interpellation, il a juste balancé que «c’est un non évènement» pour esquiver. En conférence de presse lundi dans les locaux de la mairie, des étudiants républicains qui se démarquent eux aussi de ce vent de contestation qui souffle dans le Pakao parlent de «tentative de sabotage, de dénigrement inacceptable de la décision souveraine du Prési­dent Macky». Ils se réjouissent du «choix pertinent du ministre de la Jeunesse, Mame Mbaye Niang, confirmé par Macky Sall sur la personne  de Mamina Daffé». Pour eux, «le nouveau coordonnateur du Prodac, un responsable politique de l’Apr à Bignona, est considéré comme un frère qui a bien mérité ce poste de par son parcours professionnel et ses compétences et expériences avérées». Ils invitent donc les Sédhiouois à «plus de retenue», tout en reconnaissant que la promotion des cadres reste une nécessité. Ils saluent «la démarche du premier magistrat de la ville de Sédhiou qui, selon eux, s’investit pour l’unification des forces vives de l’Alliance pour la république dans la région de Sédhiou en perspective des élections à venir». Contrairement à ce que déplorent les manifestants, des étudiants  qui se réclament du camp politique du maire estiment que le régime de Macky Sall a bien manifesté sa considération à la région de Sédhiou. «Cette considération se justifie par le choix de Séfa pour abriter le Dac pilote du programme, l’augmentation considérable des centres de santé, le recrutement massif des sages-femmes d’état pour relever le plateau médical. Il s’y ajoute la disparition des abris provisoires dans le système éducatif dans la commune et l’installation de la centrale électrique de Bacoum etc.», fait remarquer le porte-parole des étudiants. Tou­te­fois, ils sollicitent des autorités étatiques, au même titre que les marcheurs, «l’accélération de la cadence afin que les projets en cours de réalisation tels que le stade municipal, le commissariat central de police, la chambre de commerce, le hangar industriel, le centre socioculturel soient livrés incessamment».
Dans ce sillage, souligne le maire, «le projet de construction de la boucle du Boudié a pris forme avec la mise en place imminente du chantier. Le réseau électrique et celui d’adduction d’eau sont étendus, les femmes commencent à bénéficier de financements. Les études de sol du centre hospitalier régional sont bouclées, celles pour l’assainissement de la ville de Sédhiou ont démarré. Les travaux pour le marché de Santassou sont imminents, les marchés pour la construction de l’hôtel Faradala et du centre socio culturel attribués. Et nous suivons la finalisation des chantiers déjà entamés». «Jamais dans l’histoire autant d’opportunités ne se sont offertes à Sédhiou et à la région», s’est réjoui le directeur du Cosec.

Odemba@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here