PARTAGER

Jusqu’ici terne et monotone, la campagne électorale s’est emballée hier avec la venue de Maitre Abdoulaye Wade. Drapée dans un grand boubou blanc, avec une écharpe de même couleur, la tête de liste de la coalition Wattu Gagnante a été reçue triomphalement dans le Baol. De Bambey à Touba, en passant par Mbacké et Diourbel, ce sont des foules en délire qui ont accompagné le «pape du Sopi». Elles criaient : «Gorgui ! Gorgui ! Wade dafa beug Ndiarème.» Certaines personnes, à la vue du vieux, n’ont pas hésité à verser des larmes de joie, et le tout sur fond musical du tube fétiche des Libéraux, «Gorgui doliniou» du duo Pape et Cheikh.
Abdoulaye Wade affichait le sourire, levant les bras pour saluer les nombreuses personnes venues à sa rencontre. La caravane, dans laquelle on a aperçu les anciens ministres Amadou Sall et Madické Niang, roulait à pas de caméléon.  Arrivé au quartier Pallène de Mbacké, le fief des Baye-Fall, le convoi s’est arrêté pour quelques minutes avant de poursuivre sa route, en direction de Touba. Abdoulaye Wade et sa suite qui voulaient faire la prière du crépuscule à la Grande mosquée, n’ont pu exaucer ce souhait, tellement il était impossible de rouler à vive allure. A la hauteur de l’avenue 28, Abdoulaye Wade et Cie ont bifurqué vers Darou Minam, histoire de respecter les interdits du Khalife général des mourides, qui disposent qu’il est inacceptable de faire des manifestations à côté de la Grande mosquée. C’est ce qui explique d’ailleurs que la foule qui l’attendait à ce niveau a été un peu sonnée de ne pouvoir l’accueillir comme au bon vieux temps. Le Président Wade a eu quelques mots très brefs à l’endroit de la presse. Il a notamment affirmé : «Je suis venu pour atténuer la souffrance des Sénégalais. Le régime de Macky Sall est un régime de souffrance.»

badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here