PARTAGER

Abdourahmane Ndiaye monte au front. Le conseiller spécial du président de la République recadre la sortie de son mentor sur la colonisation. Dans cet exercice, le secrétaire administratif de l’Apr charge Mansour Sy Djamil et Idrissa Seck.

Quelle analyse faites-vous des propos polémiques du Président Macky Sall sur la colonisation ?
Je voudrais remettre les choses dans leur contexte. Il y a deux déclarations du président de la République qui ont été sorties de leur contexte. Ces Convictions républicaines constituent un ensemble de discours du président de la République. L’invité était le Professeur Mame Moussé Diagne qui dans l’introduction a dit : «Un Président, en général, sort des livres après son ou ses mandats sous forme de mémoires. Mais écrire au moment où on demande un second mandat peut être risqué M. le Président. N’avez-vous pas peur ?» Le Président Macky Sall lui a répondu par un non. Le lendemain, la presse a titré que Macky Sall a répondu à Idrissa Seck : «Je n’ai pas peur…» Il y a une deuxième déclaration, celle relative à la colonisation. Dans sa volonté d’exalter le Peuple sénégalais, Macky Sall a dit qu’il y a du bon dans la colonisation. Cela veut dire qu’il y a du mauvais dans la colonisation. Il n’a jamais exalté la colonisation. Il n’est pas un homme qui souffle sur des braises pour alimenter une haine ou un racisme à rebours. S’il dit qu’il y a du bon dans la colonisation, il reconnaît implicitement qu’il y a du mauvais. Pourquoi ces gens qui crient ne se sont pas attaqués à Senghor qui prônait la civilisation universelle et exaltait la culture française jusqu’à en être Professeur de grammaire ? Ce débat nous conforte sur une chose : l’opposition n’ose pas débattre autour du bilan de Macky Sall. Elle s’attarde sur des détails, ce sont des détaillants. Nous avons une opposition qui surfe sur le mensonge et vit de cela.

Beaucoup accusent le Président d’avoir fait du révisionnisme…
On ne peut pas nier l’histoire de la colonisation, de l’esclavage. La déclaration de Macky Sall est juste une boutade que les colons ont, à un moment donné, favorisé les Sénégalais. L’opposition est dans l’ineptie en réclamant des excuses au président de la République. C’est à eux de présenter des excuses au Peuple pour avoir sorti de son contexte la déclaration du Président Sall. Dans un même contexte, Macky Sall redira ces propos.

Mansour Sy Djamil voit dans cette sortie un «Macky Sall qui ne lit pas et manque de culture générale»…
Voilà un homme que je n’appellerai plus marabout parce qu’il s’est déshabillé de ce statut. Mansour Sy Djamil est un homme politique dans le pire sens du terme. Un marabout se respecte et se fait respecter en ne s’attaquant pas à l’institution suprême du pays, à savoir le président de la République. Il a dit que Macky n’est pas intelligent au même titre que ceux qui l’entourent. C’est ce paquet d’individus inintelligents qui, en 3 ans et demi, a bouté Wade hors du champ politique et vaincu tous ces dinosaures. Si c’est cela l’inintelligence, nous y resterons. Sa place n’est pas en politique et il ne pourra pas y prospérer. Je suis convaincu qu’il ne sera pas candidat en 2019. Il va s’aligner derrière Idrissa Seck parce qu’ils sont dans la même logique. Il était venu chez nous en 2012, ensuite il est parti. La contradiction est dans lui.

Il y a une autre polémique avec la sortie de Idrissa Seck sur le Coran. Qu’en pensez-vous ?
Je me réfère aux déclarations du khalife des Mourides : un bon Mouride doit d’abord être un bon musulman. Le bon musulman reconnaît tout ce qui a été écrit dans le Coran et respecte les enseignements du Prophète Mahomet (Psl). Idrissa Seck a remis en cause cela, ce qui lui vaut la réprobation du monde musulman dans son entièreté. Il peut être la référence de Mansour Sy Djamil, mais pas la mienne. Le khalife des Tidjanes et celui des Mourides ont dit la même chose dans un style différent. En clair, ils ont dit que Idrissa Seck est sorti de la religion. Son malheur, c’est qu’il a une obsession à prendre le pouvoir. Idy communique bien, mais trop. Et tout excès est nuisible.

La supposée tentative de saisie de la maison de Wade au Point E a créé une sorte de malaise dans les rangs de l’Apr. Seydou Guèye publie un communiqué pour contredire Wade, mais Djibril War l’attaque en déclarant que le parti ne reconnaît pas cette note. De quel camp êtes-vous ?
Seydou Guèye ne porte pas sa parole, mais celle du parti et du gouvernement. Il n’a pas l’audace de dire quelque chose qui n’engage pas le parti. Me War est libre de s’attacher à Me Wade. Cela n’empêche pas que ce que Seydou Guèye dit engage le parti. Djibril War ne peut pas parler au nom du parti. C’est aussi valable pour moi.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here