PARTAGER

Les espèces emblématiques comme l’élan de Derby, le chimpanzé, le lycaon, le lion sont présentes dans le Parc national Niokolo Koba (Pnnk), avec des effectifs de populations non négligeables et selon toute vraisemblance, viables, d’après un communiqué du Bureau régional de l’Unesco à Dakar. «L’éléphant est la seule espèce avec un très faible nombre d’individus, présents de manière sporadique et ne constituant pas une population viable», informe la même source. Ces données encourageantes ont été obtenues grâce à la mise en place d’un dispositif de suivi écologique par l’équipe du Pnnk.
Ce système de suivi écologique, basé sur la collecte d’informations en point fixe, les comptages en véhicule et l’utilisation de nombreux pièges photographiques, a été mis en place depuis janvier 2016 à l’initiative du gestionnaire de site et suivant les préconisations d’une mission d’assistance technique de l’Unesco en mai 2015. Cette mission, informe-t-on, avait défini l’actualisation du programme de suivi écologique et son intégration au plan de gestion du bien comme l’une des mesures correctives afin d’atteindre l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril. A travers la mise en place de ce dispositif, le Sénégal a donné suite aux recommandations du Comité du Patrimoine mondial afin d’évaluer, de manière scientifique, le statut de la grande faune dans ce site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril depuis 2007. Le dispositif, qui a reçu l’appui technique et financier de l’Unesco, s’est bâti à travers des actions de formation en faveur des agents du parc, afin de les rendre autonomes sur la maîtrise des outils de suivi écologique, mais également à travers l’attribution d’équipement au parc. Il a été accompagné d’une intensification de la surveillance et de la lutte anti-braconnage, d’un renforcement des postes de garde avec la création de ceux de Kouar, Diatafita et Talikoel et de la réouverture du circuit de Banghare et de la piste Missirah Gounas-Damantan.
En juillet 2017 lors d’une nouvelle formation appuyée par l’Unesco, le traitement et l’interprétation des données ont montré des résultats préliminaires qui ont permis de mettre en évidence la présence de la grande faune, et notamment des espèces emblématiques du Pnnk avec des effectifs de populations viables.
A l’avenir, et grâce au déploiement d’une centaine de pièges photographiques, les outils Cybertracker et Smart permettront d’obtenir des informations cruciales sur le statut des populations présentes dans le Pnnk et de fournir des indicateurs pertinents quant à l’abondance et la distribution de ces espèces au sein du parc.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here