PARTAGER

Le Conseil municipal de Thilogne a pris la décision d’exclure huit conseillers élus sous la bannière de la coalition Bëss du niakk pour absentéisme.

Le Conseil municipal de Thilogne va devoir compter désormais avec un effectif de 38 conseillers au lieu des 46 issus des Locales de 2014. En effet, 8 élus de Bëss du niakk ont été exclus pour absentéisme. Le Conseil dit avoir noté de «nombreuses absences non justifiées» qui ont occasionné plusieurs renvois des sessions municipales. C’est ainsi que des élus ont proposé de joindre aux deux points de l’ordre du jour (Vote et adoption du compte administratif 2017, Débat d’orientation budgétaire 2019) un amendement sur la situation des conseillers absentéistes. Après quoi, la procédure a été enclenchée pour amener le Conseil à se prononcer sur leur exclusion. Le maire Youssouph Dia, dit Sidy Kawory, pour sa part, a indiqué avoir servi des sommations aux conseillers absentéistes qui seraient restés de marbre. Il a ainsi fait appel au collège électoral. Sur les 46 conseillers, 29 étaient absents à cette réunion. Seuls 17 dont 14 présences physiques et 3 procurations ont approuvé cette décision.
Contacté par Le Quotidien, Mamadou Elimane Kane, tête de liste départementale de Bëss du niakk lors des élections locales de 2014, a apporté sa version des faits. Selon lui, l’édile de Thilogne ne leur a toujours pas notifié cette décision qui a pourtant été affichée à la mairie. A l’en croire, elle est «purement politique» et prouve à suffisance la volonté du maire, responsable de l’Apr, «d’imposer son diktat». D’après M. Kane, leurs divergences avec le maire sont nées de leur demande à l’endroit de ce dernier de présenter les comptes administratifs de 2015 et 2016. Et la goutte d’eau qui a fait déborder le vase serait la campagne de parrainage. Selon le camarade de Serigne Mansour Sy Djamil, «les responsables de l’Apr de Thilogne n’ont pas pu enregistrer un fort taux de signatures comparé à plusieurs autres communes du département de Matam».
d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here