PARTAGER

La transformation de l’économie passe par une qualification à tous les niveaux. C’est ce qu’a fait savoir jeudi Abdou Fall, directeur des ressources humaines au ministère de la Formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’artisanat. «Aujourd’hui au niveau du Sénégal, plus de 65% de la population ont moins de 25 ans. Et si nous voulons transformer d’une manière durable l’économie de ce pays, il faudrait des techniciens, des techniciens supérieurs, des ouvriers pour accompagner le développement», a-t-il dit. S’exprimant à la cérémonie inaugurale d’ouverture du campus de deux instituts d’enseignement professionnel, M. Fall a noté l’importance du privé pour matérialiser «l’ambition du Président Macky Sall de faire de la formation professionnelle un levier important du développement du capital humain dans son sens global». «Au niveau du ministère, une des missions principales est de faire en sorte que les secteurs public et privé puissent dans un même élan construire et élargir l’accès à la formation professionnelle (…) Il s’agit d’instaurer la formation professionnelle et technique dans toutes les localités du pays», a-t-il noté à ce sujet. Abdou Fall a égrené les réalisations de l’Etat dans le secteur de la formation professionnelle comme «la mise en place du Service national d’orientation professionnelle, la mutation de l’Onfc comme institution chargée de la construction des centres et de l’ingénierie de formation, l’avènement du 3 Fpt comme outil de financement de la formation professionnelle, la construction de centres sectoriels aujourd’hui au nombre de 27», a-t-il listé. Il était question en cette journée d’inaugurer des instituts de formation à Rufisque-Nord. «Au­jourd’hui, ce sont deux instituts qui sont inaugurés et nous apprécions à sa juste valeur cette initiative», a dit le directeur des ressources humaines.
L’initiateur Pape Madické Diop a fait de cette inauguration l’acte 1 d’un programme qu’il compte déployer dans d’autres contrées. «Nous avons voulu démarrer avec Rufisque parce que c’est notre ville. Cette ville a besoin de l’accompagnement et du soutien de ses fils», a-t-il estimé, faisant savoir que onze autres centres pratiques de formation aux métiers vont être implantés dans d’autres régions comme Thiès, Sédhiou…
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here