PARTAGER

Le ministre du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale, qui a présidé hier un Comité régional de développement (Crd) à Ziguinchor, a promis d’apporter des réponses en mode «fast track» aux préoccupations des localités frontalières, liées surtout à l’accès à l’eau, à l’électricité…

Dans le cadre d’un Comité régional de développement (Crd) spécial qui a regroupé les autorités administratives, les collectivités territoriales, les acteurs et partenaires au développement, Mansour Faye, ministre du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale, a décliné hier à Ziguinchor les nouvelles missions que le chef de l’Etat lui a assignées à travers son nouveau département ministériel, riches de plusieurs programmes phare du Plan Sénégal émergent (Pse). Parmi lesquels la Couverture maladie universelle (Cmu), le Programme de modernisation des villes (Promovilles), le Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma), le Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc), le Programme des bourses familiales… «Ces programmes intervenaient à peu près dans les mêmes composantes et étaient dispersés au niveau d’autres départements ministériels et même au niveau de la Présidence et de la Primature. Aujourd’hui, ce que nous recherchons, c’est qu’à travers cet environnement unifié et intégré de pouvoir être efficace et performant dans les actions», a indiqué le ministre. Lequel entend, à travers ce Crd, expliquer les buts visés par ces programmes, mais aussi essayer d’écouter les populations à la base par rapport à leurs préoccupations et attentes. «Le constat est que si nous prenons la région de Ziguinchor à l’échelle des chefs-lieux de département, les interventions que l’Etat a eu à faire montrent qu’il n’y a pas eu de préoccupations majeures en termes d’accès ; soit à l’eau, soit l’électricité», estime-t-il. Toutefois, pour ce qui est des localités frontalières comme Boutoupa Camaracounda où il manque énormément de choses, Mansour Faye a annoncé que son département a pris des engagements pour que des infrastructures, soit hydraulique, soit d’électrification rurale, soit les deux, puissent y être réalisées dans les meilleurs délais. «Pour nous, il était donc important de venir écouter les populations en vue d’apporter des éléments de réponse concrète et réelle, en fast track», a-t-il martelé.
La Cmu offre la possibilité aux personnes les plus démunies de bénéficier d’une couverture du risque maladie, et le Programme de bourses de sécurité familiale octroie 25 mille francs Cfa à plus de 300 mille bénéficiaires tous les trois mois et pendant 5 ans sur toute l’étendue du territoire. Pour ce qui est du Promovilles qui intervient dans 32 communes, il s’investit dans la réalisation de 700 km de voieries aménagées et éclairées sur la période 2015-2025. Et ce, au moment où le Puma ambitionne une équité territoriale par la modernisation des axes et territoires frontaliers par l’amélioration des conditions de vie des populations des zones cibles. Quid du Pudc ? Ce programme a pour objectif de transformer les conditions de vie des populations et de réduire les inégalités sociales en améliorant l’accès aux infrastructures et équipements socio-économiques de base pour la promotion d’un développement économique inclusif.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here