PARTAGER

L’Association sénégalaise des utilisateurs des Tic (Asutic) a créé le site web «www.pencumrewmi.sn» pour permettre aux citoyens de s’imprégner des activités des députés à l’Assemblée nationale. Le projet dénommé Observatoire citoyen de l’Assemblée nationale du Sénégal a été présenté hier à la presse.

Un accès libre pour tous à l’information parlementaire. C’est l’ambition de l’Association sénégalaise des utilisateurs des Tic (Asutic). Ainsi, elle a mis en œuvre un projet dénommé l’Observatoire citoyen de l’Assemblée nationale du Sénégal. Il a été présenté hier à la presse à l’hôtel Faidherbe. Au-delà des empoignades, propos aigres-doux entre les députés lors des plénières, les initiateurs estiment que les citoyens ont besoin de savoir ce qui se passe au Parlement. D’après les membres de l’Asutic, l’opinion publique n’a pas d’informations précises sur les activités parlementaires. Pour eux, l’institution vit dans «un manque de transparence» par rapport à ses activités. D’après leur constat, les Séné­galais, dans leur écrasante majorité, ne savent pas le budget de l’Assemblée nationale, ni celui des commissions et des groupes parlementaires mais aussi, disent-ils, les citoyens ignorent également comment cet argent est dépensé.
L’Asutic déplore le fait que sur le site du Parlement, qui n’est pas mis à jour depuis 2015, qu’il n’y ait que des «informations protocolaires». Alors la plateforme www.pencumrewmi.sn qu’elle a créée est dotée d’une large gamme d’informations sur l’institution parlementaire. Ndiaga Guèye, président de l’association, a expliqué le procédé pour son fonctionnement. Il dit : «Nous allons collecter des informations auprès des différents secrétariats de l’Assemblée nationale, avoir le journal des débats, retraiter cette information et la publier dans un site web.» Il poursuit : «Toujours en ayant accès au journal des débats, on pourra savoir les députés qui prennent la parole et font des propositions dans les séances plénières. Donc, on pourra faire un classement des députés par taux d’activité à l’Assemblée nationale.» Ce travail préalable, d’après M. Guèye, permettra aussi de faire un classement par taux de présence et taux d’absence à la fin de chaque session et qui sera publié.
Leur objectif est de «réhabiliter l’image» du député auprès des Sénégalais en donnant des informations sur les travaux au sein de l’Hémicycle d’une part. Et d’autre part, faciliter le dialogue démocratique en mettant en relation les députés et les citoyens avec le site web où le Sénégalais lambda peut poser des questions aux représentants du Peuple. Dans la base de données, déjà les noms de tous les députés avec un classement par profession et âge y figurent, mais aussi les détails de quelques activités déroulées par la 13ème Légis­lature. Face à la presse, Ndiaga Guèye et ses camarades ont annoncé qu’ils ont adressé des lettres de demande d’audience aux 165 députés pour leur présenter le projet afin d’avoir leur accompagnement. Il reste à savoir si Moustapha Niasse et ses collègues vont collaborer avec ce site.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here