PARTAGER

«Nous avons un ministère chargé de la Femme, de l’enfance. Nous faisons partie de ce ministère et nous ne  nous  sentons pas concernées par ce ministère, parce qu’il y a des programmes et des financements logés dans ce département ministériel et nous n’en  bénéficions pas.  Je lance un appel au ministre Moustapha Diop pour lui rappeler que les financements qu’il octroie aux autres femmes du Sénégal, pour quoi, nous n’en faisons pas partie. Les financements ne sont pas ceux de l’Apr, ni de Benno bokk yakaar, mais de tout le Sénégal.» Ainsi s’exprimait  Ndèye Maty Sène, vice-présidente de l’association des ressortissants de Dankh Sène, chargée des femmes et du développement. Comme bon nombre de ses compatriotes ressortissants du chef-lieu de cette commune de même nom, elle réclame aussi le bitumage de la piste latéritique qui relie Dankh Sène à Ndoulo, parce que confie l’interlocutrice du Quotidien, «les infrastructures sont importantes pour le développement». Elle veut aussi que la  question sécuritaire avec les vols récurrents de bétail trouve une réponse définitive.
A sa suite Massiga Sène au nom des jeunes souhaite une réponse définitive à l’abandon des études par bon nombre d’élèves. «Il faut un collège, parce que beaucoup d’élèves ont des difficultés pour poursuivre leurs études à Ndindy ou Diourbel. L’érection de ce collège va mettre fin définitivement aux abandons notés le plus souvent», estime-t-il.
Les ressortissants de ce village qui célébraient leur gamou annuel le samedi, n’en demandent pas plus ou moins de l’eau douce pour pouvoir pratiquer le maraîchage.  A noter que Dankh Sène est une commune située dans l’arrondissement de Ndindy. Elle compte 23 villages.
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here