PARTAGER

L’Agence belge de développement (Ctb) Sénégal a signé hier avec l’Union européenne, une convention de financement d’une enveloppe de 11,7 milliards pour l’accompagnement des producteurs agricoles et la création d’emplois ruraux durables dans le bassin arachidier.

répondre de manière urgente aux défis de la migration irrégulière, le Projet d’appui à la réduction de l’émigration rurale et à la réintégration dans le bassin arachidier (Parerba) a été mis en œuvre par l’Agence belge de développement (Ctb) Sénégal, sur financement de l’Union européenne. Un projet d’une enveloppe de 11,7, qui vise à développer une agriculture familiale durable participant au développement de l’économie rurale et à créer des emplois dans les chaînes de valeur agricoles, stabilisant ainsi localement la population rurale, les jeunes en particulier.

Le projet s’appuie, selon les responsables du Ctb Sénégal, sur les leçons tirées de divers projets d’eau productive mis en œuvre par le ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural. Ainsi le Parerba capitalisera les acquis du Projet de bassins de rétention et de valorisation de forages (Barvafor), projet bilatéral de la coopération belge, qui a consacré d’importants investissements dans la construction de barrages de rétention, digues semi-filtrantes, digues anti-sel et équipements de forages dans la zone arachidière.  Pour dire, selon les responsables de la Ctb Sénégal, que «les premiers exemples de fixation des jeunes sur leur terroir grâce aux possibilités de développement d’activités maraîchères, sont des éléments prometteurs pour le Parerba ».
Ainsi, diront-ils, le projet mettra durablement à la disposition des exploitants, l’eau productive, pour une meilleure utilisation des ressources foncières durant toute l’année. «5000 producteurs seront organisés et renforcés pour augmenter durablement leur production et trouver des débouchés pour leurs produits (maraîchage et riz). Aussi 1000 jeunes femmes et hommes, souhaitant développer une activité dans les filières agricoles importantes de la région, seront accompagnés et 200 autres seront sélectionnés, mentorés et financés pour créer leurs micro-entreprises.»
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here