PARTAGER

Le ministre de la Pêche et de l’économie maritime, Oumar Guèye et Emma Metieh Glassco, ministre, directrice de l’Autorité de la pêche et de l’aquaculture du Liberia ont sogné hier, un accord qui ouvre aux pécheurs sénégalais les eaux libériennes.

Les pêcheurs artisanaux et semi industriels sénégalais peuvent désormais investir les eaux libériennes. Un accord en ce sens a été signé mardi entre les deux pays. Le ministre de la Pêche et de l’économie maritime, Oumar Guèye, et Emma Metieh Glassco ministre, directrice de l’Autorité de la pêche et de l’aquaculture du Liberia ont paraphé au ministère de la Pêche l’accord qui ouvre aux pêcheurs sénégalais de nouvelles perspectives. «Cet accord permet à la pêche artisanale et semi industrielle de pouvoir disposer de licences de pêche dans les eaux sous juridiction libérienne», a révélé le ministre de la Pêche procédant à la lecture du document après sa signature par les deux parties. «100 embarcations de pêche artisanale par an pour des puissances inférieures ou égales à 60 chevaux, 200 embarcations de pêche semi industrielle par an pour des puissances supérieures à 60 chevaux sans dépasser les 100 chevaux», a détaillé le ministre, annonçant aussi une possibilité pour la pêche industrielle dans les eaux libériennes «sous certaines conditions». Omar Guèye a fait savoir que l’accord «avec effet immédiat dès sa signature» s’étale sur une durée de 5 ans renouvelables. «Cet accord est l’aboutissement d’un processus de négociations intenses et fructueuses des représentants et experts de nos deux pays, alternativement à Dakar et à Monrovia», a expliqué le ministre de la Pêche. Il a fait savoir que l’accord fait suite à la visite du Président George Weah à Dakar le 15 janvier 2018. «Nos deux chefs d’Etat avaient donné instruction pour l’ouverture des négociations pour la signature du présent accord», a rappelé M. Guèye qui a soutenu qu’en contrepartie «la partie libérienne bénéficie de l’expertise sénégalaise dans le domaine de la pêche».
Mme Glassco s’est réjouie pour sa part de la nouvelle coopération. «Je suis heureuse que l’on ait conclu cet accord dans des délais aussi courts. Nous espérons rendre plus dynamique la coopération entre nos deux pays (…) Notre Président dit que sa seconde maison c’est le Sénégal. Nous nous attendons au meilleur dans la coopération entre le Sénégal et le Liberia», a-t-elle expliqué.
Exploitation et gestion des ressources marines, valorisation et commercialisation des produits de la pêche et de l’aquaculture, recherche halieutique, préservation de l’environnement marin et côtier, contrôle et surveillance des pêches, partage d’informations sur les pêches et l’aquaculture, renforcement et développement des communautés de pêche. Tels sont entre autres, les points qui composent le cadre de la coopération établie par la signature de l’accord.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here