PARTAGER

Les opérateurs économiques font face dans leurs activités à des procédures administratives longues, onéreuses, qui plombent souvent leurs investissements. «Le premier frein est d’ordre administratif», s’est plaint Birane Yaya Wane, opérateur économique.
Pour faciliter leurs activités et rendre les entreprises sénégalaises plus compétitives et plus dynamiques, la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad) a tenu hier un atelier de renforcement de capacités du secteur privé sur l’Accord de facilitation des échanges (Afe) de l’Organisation mondiale du commerce (Omc) dans l’espace Cedeao.
L’Afe, explique Mbaye Chimère Ndiaye, va permettre de booster le commerce international. «La formation va permettre aux entreprises sénégalaises de maîtriser les procédures, les formalités d’import et d’export, de ne pas perdre trop de temps au niveau des ports, de commettre moins d’erreurs, mais aussi connaître leurs droits», a développé le directeur de l’Observatoire économique de la Cciad. Avant d’invoquer les coûts chers d’importation qui peuvent créer une inflation. «Il y a des inconvénients des coûts d’importation chers, cela peut créer une hausse au niveau des prix surtout pour un pays comme le Sénégal où beaucoup de denrées de première nécessité sont importées», alerte Mbaye Chimère Ndiaye.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here