PARTAGER

Le ministre de l’Economie, des finances et du Plan, Amadou Ba, a procédé hier à la signature de deux accords de financement avec la Société islamique pour le financement du commerce international (Itfc) d’un montant global de 99,2 milliards de francs destinés aux secteurs de l’agriculture et de l’énergie.

La délégation du ministère de l’Economie, des finances et du plan ne rentrera pas de Tunis, la capitale tunisienne, les mains vides. Dans le cadre de leur participation à la 43ème réunion annuelle du Groupe de la Banque islamique de développement (Bid) qui se tient dans ce pays d’Afrique du Nord du 1er au 5 avril 2018, Amadou Ba, ministre de l’Economie, des finances et du plan, a procédé hier à la signature de deux accords avec la Société islamique pour le financement du commerce international (Itfc). Le premier accord de financement d’un montant de 50 millions de dollars, soit 26,7 milliards de francs Cfa, est destiné au secteur agricole, plus précisément à la Sonacos, pour le financement de son programme de collecte de graines d’arachide 2017-2018, selon un communiqué. Quant au deuxième, il concerne la «garantie du financement de la Senelec pour un montant de 110,5 millions d’euros, soit 72,5 mil­liards de francs Cfa, en vue d’optimiser la fourniture d’électricité dans le pays par la sécurisation de l’approvisionnement en produits pétroliers destinés à la production d’électricité par les centrales électriques de la Société nationale d’électricité».
En outre, note le document, «le Sénégal a eu l’insigne honneur de recevoir un programme pilote dans le cadre de ‘‘l’Initiative régionale de la chaîne de valeurs riz’’ initiée par le Groupe de la Bid pour un montant de 175 millions de dollars Us, environ 95 milliards de francs Cfa et qui concerne 10 pays».
La délégation ministérielle a profité de l’occasion pour exposer les performances macroéconomiques du Sénégal. A l’occasion de la table ronde de partage d’expériences de modèle de politique de transformation structurelle tenue hier, rapportent ses services, Amadou Ba «a partagé avec ses collègues gouverneurs du Groupe de la Bid le modèle du Sénégal basé sur le Plan Sénégal émergent avec ses projets et réformes phare dont la mise en œuvre se traduit par des résultats fort appréciables : Taux de croissance du Pib estimé à 7,2% en 2017, après 6,5% en 2016 et 6,3% en 2015, contre une moyenne de 3,2% sur la période 2006-2013, réduction constante du déficit budgétaire qui est passé de 6,7% en 2011 à 3,7% en 2017, maîtrise de l’inflation, économie diversifiée». Aussi, note le communiqué, «l’ambition du président de la Répu­blique, Macky Sall, qui est de réaliser une croissance de qualité qui génère de l’emploi et des revenus et favorise un développement solidaire et inclusif, a été réaffirmée. C’est à ce titre qu’une attention particulière a été portée sur le Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc), le Programme d’urgence de modernisation des axes frontaliers (Puma) et le Programme de moder­nisation des villes (Promo­villes)».
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here