PARTAGER
Des migrants à la frontière entre le Maroc et l’Algérie.

Ryad est accusé par la Turquie d’être à l’origine de la disparition du journaliste connu pour ses positions critiques envers le prince héritier.

L’Arabie saoudite, qui avait d’abord jugé «infondées» les accusations sur les implications dans l’assassinat à Istanbul du journaliste Jamal Khashoggi, a depuis choisi la stratégie du silence. La disparition de ce reporter connu pour ses positions critiques envers le prince héritier, Mohammed ben Salmane, intervient alors que le royaume doit accueillir du 23 au 25 octobre une conférence économique de premier plan destinée à attirer des investissements dans le royaume. Doivent notamment y participer le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et la directrice du Fonds monétaire international (Fmi), Christine Lagarde.
Le Président américain, Donald Trump, dont le pays est un grand allié de Ryad mais aussi celui où s’était exilé M. Khashoggi, a demandé, mercredi 10 octobre, des explications aux Saoudiens sur cette disparition. Le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, a pour sa part de nouveau réclamé hier jeudi des images de surveillance du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul prouvant que le journaliste en est ressorti, comme l’affirment les Saoudiens. Jusqu’à présent, la seule réponse de Ryad a été d’affirmer que les caméras ne fonctionnaient pas ce jour-là.

Accusations «infondées»
M. Khashoggi, un journaliste collaborant notamment avec le Washington Post, a été vu pour la dernière fois le 2 octobre en train d’entrer dans ce consulat, où il était venu obtenir un document nécessaire à son futur mariage. Quatre jours plus tard, des responsables turcs cités par les médias ont affirmé qu’il avait été tué dans le bâtiment, des allégations aussitôt jugées «infondées» par Ryad. La police turque a par la suite indiqué qu’une équipe de 15 Saoudiens était arrivée à Istanbul par avion le 2 octobre. Selon des médias turcs, ces hommes sont venus tuer le journaliste et ont récupéré les images de vidéo surveillance, avant de quitter le pays. Ryad n’a pas commenté ces allégations, ou encore les affirmations selon lesquelles le prince héritier avait émis un ordre pour attirer Jamal Khashoggi dans un piège afin de l’arrêter.
«Le risque ici, c’est qu’en gardant le silence, le royaume peut apparaître coupable aux yeux des médias internationaux», a indiqué à l’Agence France-Presse, Aleksandar Mitreski, un analyste en sécurité et défense. Mais «faire une déclaration officielle qui peut être remise en question à mesure qu’émergent de nouvelles preuves pourrait être encore plus préjudiciable» pour Ryad, ajoute ce spécialiste de la région. La fiancée de M. Khashoggi, Hatice, a elle demandé l’aide des Etats-Unis.
Interrogé sur le fait de savoir si la disparition suspecte du journaliste pouvait mettre à mal les relations avec Ryad, Donald Trump a répondu hier qu’il fallait d’abord «trouver ce qui s’(était) passé». La Maison-Blanche a indiqué que deux des plus proches conseillers du Président, son gendre Jared Kushner, et le responsable du conseil de Sécurité nationale, John Bolton, avaient parlé mardi au prince héritier. Le Président Trump a cependant dit hier qu’il ne comptait pas réduire les ventes d’armes des Etats-Unis à l’Arabie saoudite.

«Porter atteinte au royaume»
La Grande-Bretagne a fait part de son «extrême» inquiétude sur le sort du journaliste. Et le ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a prévenu les autorités saoudiennes qu’elles s’exposeraient à de «graves conséquences» en cas de responsabilité dans sa disparition. Si l’Arabie saoudite s’est terrée dans un silence officiel depuis samedi, des médias locaux affirment eux que le royaume fait l’objet d’une campagne calomnieuse de la part d’opposants politiques. Le quotidien saoudien Asharq al-Awsat s’est élevé jeudi contre les «tentatives de certains d’instrumentaliser cette affaire politiquement». «Les scénarios évoqués ici et là ne reposent sur aucune preuve», a écrit le quotidien, en accusant des parties non identifiées d’avoir exploité cette affaire pour «porter atteinte au royaume».
A Ryad, les habitants préfèrent ne pas discuter du sujet dans les cafés, ou sur leur lieu de travail. Même à la maison, le cas du journaliste ne semble pas être une priorité pour de nombreuses familles. Pour certains, cette affaire a toutefois d’ores et déjà nui à l’image de Mohammed ben Salmane. Sa réputation «a été ternie de façon significative, quel que soit le sort de Khashoggi, soulevant la question de sa viabilité si l’Arabie saoudite devait être condamnée internationalement», estime James Dorsey, chercheur à l’Ecole d’études internationales S. Rajaratnam à Singapour.
Mohammed ben Salmane, 33 ans, cherche à cultiver en Occident l’image d’un réformateur, réduisant les pouvoirs de la police religieuse, donnant son accord à la réouverture de cinémas, à l’organisation de concerts et à l’entrée des femmes dans les stades. Cependant, il n’hésite pas à réprimer toute contestation militante de la monarchie absolue, relèvent des experts.

lepoint.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here