PARTAGER

Me Wade sera devant le Conseil de discipline de l’Ordre des avocats en novembre prochain pour avoir traité les avocats de l’Etat d’«escrocs». C’est l’annonce faite par le président de l’Ordre des avocats du Sénégal qui était l’invité du Grand jury hier. Me Mbaye Guèye regrette, par ailleurs, que les avocats français aient été payés «rubis sur l’ongle» alors que leurs confrères sénégalais courent après leurs 2% du montant recouvré dans la traque des biens mal acquis.

Me Abdoulaye Wade va être traduit devant le Conseil de discipline de l’Ordre des avocats pour avoir traité les avocats de l’Etat dans le dossier de la traque des biens mal acquis d’«es­crocs». Invité de l’émission Grand jury de la Rfm hier, le bâtonnier a informé avoir été saisi par les avocats de l’Etat sur cette question. Selon Me Mbaye Guèye, ces derniers ont demandé l’application du règlement intérieur de leur organisation. «Le dossier sera soumis à la rentrée, au mois de novembre, au conseil de l’Ordre», précise-t-il. Irrité par cette sortie de Me Wade, l’avocat estime que c’est «un ressentiment qui a été exprimé d’une façon qui viole leurs règles professionnelles». Lors de cette émission, Me Guèye a expliqué que l’ancien chef de l’Etat peut être poursuivi devant le conseil de discipline de l’Ordre, parce que c’est un «avocat inscrit au tableau de l’Ordre dans la rubrique ‘’Avocat honoraire’’». Et il explique : «L’avocat honoraire est soumis à la juridiction de conseil de discipline et des règles professionnelles du barreau. Un avocat ne peut pas traiter publiquement d’escroc son confrère qui ne fait que réclamer des honoraires. Il ne peut pas s’exprimer envers ses confrères de cette manière. C’est le conseil de l’ordre qui lui a conféré le statut d’avocat honoraire», a-t-il fait savoir.

«Les avocats français ont été payés rubis sur l’ongle» 
Concernant le débat pour le paiement des honoraires dus aux avocats de l’Etat, Me Guèye soutient que l’Etat ne conteste pas qu’une convention a été signée entre lui et ses avocats. Par conséquent, le président de l’Ordre des avocats estime que, dès l’instant que «le pourcentage a été fixé, les avocats ont le droit d’appliquer la convention». Revenant sur le montant que l’Etat juge excessif, il «trouve que c’est un peu osé». Il s’en étonne d’ailleurs : «Qu’est-ce qui est excessif, le fruit du travail d’une personne ? Je trouve que c’est trop gros de dire à une personne qui travaille : ‘’Ce que vous me réclamez et qui résulte de ce que nous avons convenu est excessif.’’». Après avoir confirmé les 2% du recouvrement de la traque des biens mal acquis, Me Mbaye Guèye trouve aussi «scandaleux» que les avocats sénégalais courent après le paiement de leurs honoraires alors que leurs confrères français ont été payés. «J’ai un pincement au cœur lorsqu’il s’agit d’honoraires d’avocats sénégalais. L’Etat du Sénégal paye des honoraires beaucoup plus importants aux confrères français (…) Ils ont été payés rubis sur l’ongle», a-t-il déploré.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here