PARTAGER

Dans le Nord du Sénégal depuis quelques jours pour une tournée politique, Khalifa Sall a été tancé dans sa démarche hier par le Parti socialiste. Ousmane Tanor Dieng et ses camarades qui estiment que le maire de Dakar «s’occupe de ses affaires» l’ont sévèrement rappelé à l’ordre pour son attitude «fractionniste».

Le temps passe, le schisme couve de plus belle dans les rangs du Parti socialiste (Ps). Dans le Nord du Sénégal depuis quelques jours, Khalifa Sall risque d’être dans seul dans sa tournée politique. Le secrétaire national à la Vie politique du Ps n’a pas été mandaté par le parti, à en croire le porte-parole de la formation politique dirigée par Ousmane Tanor Dieng. Réunis en Secrétariat exécutif national (Sen), hier, à la Maison du parti, les Socialistes se sont totalement démarqués des actions du maire de Dakar. «Khalifa Sall n’est pas en mission pour le Parti socialiste, ni en tant que secrétaire général de coordination ni en tant que secrétaire national à la Vie politique. Il s’occupe de ses affaires», a d’emblée précisé Abdoulaye Wilane, face à la presse au terme de la réunion. Selon lui, les Socialistes de ces localités ont saisi le parti «pour s’en émouvoir et s’en éloignent totalement».

«Khalifa et Cie ignorent maintenant les réalités du parti»
Le hors-d’œuvre terminé, le maire de Kaffrine, le ton ferme, réajuste son costume gris pour vouer aux gémonies le leader de Taxawu Dakar, absent de la réunion du Sen au même titre que ses proches. «Khalifa Sall aime faire l’amalgame et la confusion. Il prétend faire ces déplacements au nom du parti dans un contexte où tout le monde constate que lui et son groupe ont le malin plaisir de flétrir et de vilipender leur parti pour des intérêts mal compris», charge-t-il, le ton haut perché. Très prolixe sur la question des actes posés par Khalifa Sall et ses proches, Abdoulaye Wilane souligne qu’«ils sont nombreux dans le Ps et particulièrement chez les jeunes à demander au parti de mettre un terme à cette démarche ‘’camaradicide’’». Il poursuit : «L’attitude de Khalifa Sall est fractionniste. Nous allons en discuter au sein du parti. Lui et son groupe ignorent maintenant les réalités du parti. Lors des réunions, soit ils sont absents soit ils viennent au début, prennent la parole pour rassurer et donner des gages de fidélité et partent avant la fin. Donc, ils ne sont même pas au courant des décisions. Après, ils se constituent des mouvements à côté des instances du parti.»

«Le meilleur remède pour une dent défectueuse, c’est de l’extraire»
S’il se garde de demander l’exclusion de Khalifa Sall et Cie, le porte-parole du Ps estime cependant que «le meilleur remède pour une dent défectueuse, c’est de l’extraire». «Chaque chose en son temps. Ce qui sent et finit par se propager, chacun en aura une idée de son odeur. Lorsque ce temps arrivera, il ne sera pas difficile de résoudre ce problème. En tout cas au niveau du parti, nous savons là où nous voulons aller et nous allons y arriver. Demain, il fera jour», conclut-il, appelant le groupe des dissidents à la raison. En outre, le Ps, sur la crise gambienne, déconseille toute intervention militaire au Sénégal et à la Cedeao. Ousmane Tanor Dieng et ses camarades appellent plutôt au dialogue et invitent la Cedeao à mettre à profit ces jours qui précèdent le 19 janvier pour «raisonner» Yahya Jammeh. Sur un autre registre, le Ps annonce une tournée nationale à partir de janvier pour préparer les élections législatives de 2017 en vue d’une victoire éclatante de la coalition Benno bokk yaakaar.
bgdiop@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here